www.snuipp.fr

SNUipp-FSU Aveyron

Thèmes abordés


Vous êtes actuellement : TOUS les Personnels  / Salaires - Indemnités ... 

fontsizeup fontsizedown {id_article} impression s'abonner  à la rubrique {} syndiquer le forum
28 novembre 2011

Salaires, etc. : Après les dernières annonces, faits, chiffres et commentaires

Salaire des enseignants / Début de carrière / Direction d’école / Indemnité de " garantie individuelle de pouvoir d’achat "

Salaire des enseignants : les annonces du ministre ne sont pas du luxe

Lors de sa visite au salon de l’éducation ce jeudi 24 novembre, le ministre de l’éducation a annoncé des mesures de revalorisation des enseignants.

Pour les professeurs des écoles, elles consistent essentiellement à une augmentation d’environ 100 euros par mois en début de carrière et à une augmentation de 50 % de l’indemnité des directrices et directeurs d’école.

Commentaires du SNUipp-FSU Par ces annonces, le ministre reconnaît que la question salariale reste, en France, sensible pour les enseignants dont les rémunérations restent très éloignées des standards internationaux, notamment dans le premier degré. Le SNUipp-FSU avait d’ailleurs écrit au ministre récemment à ce sujet en lui demandant d’apporter des réponses concrètes.

Le ministre semble prendre également conscience du conflit ouvert sur la direction d’école ; il y apporte une première réponse en terme de reconnaissance financière. Pour autant, les sujets de mécontentement sont encore d’actualité. La disparition de l’aide administrative, l’alourdissement de la charge de travail, le manque de temps de décharge, maintiennent la direction et le fonctionnement de l’école sous tension. A ce sujet, le SNUipp-FSU renouvelle son action « Je réponds si j’ai le temps » qui appelle les directrices et directeurs d’école à prioriser les multiples demandes du ministère : ce sont les élèves et les parents d’abord !

Les mesures annoncées ne sont donc pas des mesures de luxe mais de simples rattrapage tant le retard est important. Le SNUipp souligne que de nombreux enseignants restent, encore une fois, au bord du chemin. Les annonces ne répondent pas à la situation des professeurs des écoles, injuste et inégalitaire.

Il demande l’ouverture d’une véritable négociation ouverte sur la reconnaissance de tous les enseignants.

Début de carrière

Lors de son passage au salon de l’éducation jeudi 24 novembre, le ministre, Luc Chatel, a annoncé son intention de revaloriser les enseignants en début de carrière. Cette revalorisation concernerait 107 000 enseignants et le coût de la mesure est estimé à 72 M€. Ces mesures prendraient effet à compter du 1er février 2012.

Reclassement indiciaire proposé

Ancienne grillePropositions Chatel
AnciennetéEchelonIMTraitement netnouvel IMTraitement netEvolution
Première année34101579,51 €4321664,26 €+ 5,4 %
Après un an44311660,40 €4451714,34 €+ 3,2 %
Après 3 ans et 6 mois54531745,16 €4581764,42 €+ 1,1 %
Après 7 ans64671799,09 €4671799,09 €=

Remarques : Les valeurs données en net ne tiennent pas compte de la hausse du taux de cotisation pension qui augmentera le 1er janvier 2012 et les années suivantes.

La nouvelle grille fait apparaître une faible progression indiciaire entre les 5e et 6e échelons (moins de 35 € en net), ce qui ne donnera pas aux jeunes collègues le sentiment d’avoir été réellement promus.

Commentaires du SNUipp-FSU Le SNUipp-FSU avait écrit le 9 novembre dernier au ministre de l’Éducation nationale pour demander une revalorisation pour tous les enseignants.

En faisant ces annonces, le ministre reconnaît que la question salariale reste une question sensible pour les enseignants. Les comparaisons internationales et en particulier les travaux de l’OCDE confirment que le salaire des enseignants en début de carrière est un des plus faibles d’Europe.

La France est d’ailleurs le seul pays de l’OCDE où le salaire moyen des enseignants a baissé ces 10 dernières années.

Ce second coup de pouce en début de carrière ne compense pas la perte de salaire versé pendant l’année de PE2.

Les mesures proposées sont loin de régler l’ensemble de la question salariale. Les annonces ne concernent que les 7 premières années de la carrière (essentiellement les 3 premières années) et écartent, une fois encore, l’immense majorité des enseignants.

De plus elles interviennent dans un contexte où le pouvoir d’achat des enseignants est rogné par le gel de la valeur du point d’indice, l’augmentation du taux pour pension et l’introduction d’un (voire deux) jours de carence.

Les annonces ne répondent donc pas à la situation injuste et inégalitaire que vivent les professeurs des écoles tant au niveau salarial qu’en termes de déroulement de carrière. Le SNUipp-FSU demande une révision complète de la grille et des mesures pour que tous les enseignants puissent finir leur carrière à l’indice terminal du corps.

Direction d’école

Le ministre de l’Éducation nationale vient d’annoncer au SNUipp-FSU que la part variable de l’indemnité des directrices et directeurs d’école serait augmentée de 50 % à compter du 1er février. 


Pour les écoles de 1 à 4 classes, l’indemnité passe de 200 euros annuels à 300 euros, soit de 16,60 à 25 euros mensuels. Pour les écoles de 5 à 9 classes, l’indemnité passe de 400 à 600 euros annuels, soit de 33,33 à 50 euros mensuels. 


Pour les écoles de 10 classes et plus, elle augmente de 300 euros, passant de 600 à 900 euros annuels, soit de 50 à 75 euros mensuels.

Taille de l’écolePart principalePart variableTotal
1 à 4 classes107,97 €25 €132,97 €
5 à 9 classes107,97 €50 €157,97 €
10 classes et +107,97 €75 €182,97 €

Commentaires du SNUipp-FSU Cette mesure constitue une première petite reconnaissance financière pour les directrices et directeurs d’école. En outre, les sujets de mécontentement sont encore d’ actualité. La quasi disparition de l’aide administrative, l’alourdissement de la charge de travail, le manque de temps de décharge, la complexification des missions… C’est pourquoi le SNUipp-FSU qui demande l’ouverture de négociations sur la direction et le fonctionnement de l’école, renouvelle son action « Je réponds si j’ai le temps ». Il appelle les directrices et directeurs d’école à prioriser parmi les multiples demandes du ministère celles qui concernent les élèves et les parents d’abord.

Indemnité de " garantie individuelle de pouvoir d’achat "

La garantie individuelle du pouvoir d’achat (GIPA) concerne tous les fonctionnaires titulaires civils des trois fonctions publiques et les agents non titulaires employés de manière continue.

Le mécanisme de la GIPA repose sur une comparaison entre l’évolution du traitement indiciaire brut détenu sur une période référence de quatre ans et celle de l’indice des prix à la consommation (hors tabac). Si le traitement indiciaire brut perçu au terme de la période de 4 ans a évolué moins vite que l’inflation, une indemnité de perte de pouvoir d’achat est versée. C’est donc le cas si aucune promotion d’échelon n’est intervenue pendant cette période.

Pour 2011, la période de référence de 4 ans est fixée du 31 décembre 2006 au 31 décembre 2010 et l’inflation retenue sur cette période est de 5,9 %. La valeur moyenne du point d’indice était de 53,8453 € en 2006 et de 55,4253 € en 2010.

Le montant de l’indemnité se calcule donc ainsi : GIPA = 53,8453 * indice au 31/12/2006 X (1 + 5,9) - 55,4253 * indice au 31/12/2010.

Exemple 1 Instituteur au 11ème échelon depuis le 1er septembre 2006 (indice 515). Le calcul donne :

GIPA = 53,8453 * 515 X (1 + 0,059) - 55,4253 * 515 = 822,39 €. L’indemnité est de 822,39 €.

Exemple 2 PE au 8ème échelon (indice 531) au 1er septembre 2006, promu au 9ème échelon à l’ancienneté au 1er mars 2011 ; au 31/12/2010, ce collègue est donc toujours au 8ème échelon :

GIPA = 53,8453 * 531 X (1 + 0,059) - 55,4253 * 531 = 847,94 €. L’indemnité est de 847,94 €.

Exemple 3 PE au 8ème échelon (indice 531) au 1er septembre 2006, promu au 9ème échelon (indice 567) au choix au 1er septembre 2010 ; au 31/12/2010, ce collègue est donc au 9ème échelon :

GIPA = 53,8453 * 531 X (1 + 0,059) - 55,4253 * 567 = - 1147,37 €. Le résultat est négatif, donc pas d’indemnité.

Pour les collègues à temps partiel le montant de la garantie est attribué à hauteur de la quotité travaillée au 31 décembre 2010.

Exclusion du bénéfice de la GIPA
- les collègues en poste à l’étranger au 31 décembre 2010.
- les agents ayant subi, sur une des périodes de référence, une sanction disciplinaire ayant entraîné une baisse du traitement indiciaire.

Remarque La GIPA entre dans le champ d’application de la retraite additionnelle de la fonction publique (RAFP).

 

23 visiteurs en ce moment

*Top

SNUipp-FSU Aveyron :

- 8 rue de Vienne, les Corniches de Bourran 12000 RODEZ
- Tél : 05.65.78.13.41
- mèl : snu12@snuipp.fr

Permanences :
- Lundi, Mardi, Mercredi, Jeudi, Vendredi les ap.m.
- Mardi, Mercredi, Jeudi les matinées.

Sur Facebook : plan et photos SNUipp-FSU12


©Copyright 2006 - SNUipp-FSU Aveyron, tous droits réservés.