www.snuipp.fr

SNUipp-FSU Aveyron

Thèmes abordés


Vous êtes actuellement : TOUS les Personnels  / Salaires - Indemnités ... 

fontsizeup fontsizedown {id_article} impression s'abonner  à la rubrique {} syndiquer le forum
13 décembre 2011

Avancement 2011

Déclaration du SNUipp - Barèmes des derniers promus

CAPD du vendredi 9 décembre 2011 - Déclaration du SNUipp-FSU12

L’installation d’une nouvelle CAPD est toujours l’occasion de rappeler notre attachement au bon fonctionnement du paritarisme, élément indispensable de garantie des droits individuels de nos collègues, d’équité du traitement de leurs demandes, de transparence des décisions prises par l’administration suite à l’avis des commissions paritaires et de bon fonctionnement du service public d’éducation.

Les élections professionnelles qui permettent à nos collègues de désigner leurs représentants constituent un moment de démocratie sociale important. Les enseignants ne s’y trompent pas, qui habituellement y participent très massivement. En 2008, ils étaient plus de 62% à s’exprimer. Or, cette année, la participation a enregistré un recul qui résulte pour l’essentiel des très nombreux dysfonctionnements lors du vote exclusif par internet ; des milliers de collègues se sont vus privés de leur droit de vote : électeurs non inscrits sur les listes électorales malgré leurs demandes de correctifs formulées en temps et en heure, identifiants de vote non reçus, problèmes d’accès au serveur de vote, fermetures des serveurs, temps de connexion très long etc…

A cela s’ajoute un scrutin avancé en octobre qui a mis en difficulté les services dans l’organisation de ce vote et une durée de scrutin réduite à une semaine qui a pénalisé les enseignants. De plus, les règles relatives à l’affichage des listes en présence pour l’ensemble des scrutins n’ont pas été mises en œuvre.

Les sujets de contentieux sont multiples. Dans les écoles, l’engagement professionnel des enseignants qui travaillent sans relâche à faire progresser les élèves, à les aider à apprendre à grandir, à s’épanouir, à se développer, à vivre ensemble, est mis à mal. Le projet de 5 700 nouvelles suppressions de postes au budget 2012 vise entre autres les postes de RASED, de remplaçants, mais aussi la scolarisation, les effectifs de classe et la formation continue. Cette politique est directement issue d’une RGPP très profondément remise en cause par le rapport Cornut-Gentille – Eckert qui vient de paraître, en particulier dans son manque de concertation avec les organisations représentatives mais aussi par l’absence de toute écoute des agents.

Tout cela décourage les enseignants. Leurs conditions de travail se dégradent : manque de temps, effectifs chargés, sentiment de solitude, d’épuisement. Ils se sentent abandonnés, seuls pour faire face à des situations de plus en plus complexes qui réclameraient de la confiance, de la sérénité, de la reconnaissance et du soutien. Au final, ces nouvelles suppressions se font toujours au détriment des élèves les plus fragiles.

A cela s’ajoutent les projets de décret et d’arrêté relatifs à l’évaluation des enseignants. Voilà un chantier difficile, mais attendu par les enseignants tant l’inspection actuelle est mal vécue par la plupart d’entre eux. Injuste, inefficace, artificiel, infantilisant… les mots ne manquent pas pour qualifier ce dispositif où se joue avant tout un rapport de pouvoir entre inspecteur et inspecté.

Tout se passe comme si était abandonné tout lien avec la réalité de la classe et que tout devait passer au filtre du quantitatif, ce que l’on retrouve dans le forcing actuel sur l’évaluation des élèves avec par exemple le LPC. Nous tenons à rappeler que notre organisation est résolument opposée au LPC et appelle les personnels à ne pas le remplir quelle qu’en soit la forme, papier ou numérique. Pour les élèves comme pour les personnels, nous réclamons une évaluation utile, non à l’administration mais aux élèves et aux personnels.

Or, force est de constater que le projet de réforme de l’évaluation des enseignants lancé à la hussarde par le ministère ne répond pas aux principales critiques de l’inspection existante.

Dimension formative absente, déroulement de carrière freiné, modalités d’avancement non transparente où l’ancienneté ne serait plus prise en compte, poids hiérarchique renforcé, le projet de réforme de l’évaluation des enseignants n’améliore aucunement le dispositif actuel. Au contraire, il est source d’arbitraire et de nouvelles inégalités. Avec l’ensemble des organisations syndicales, nous en demandons le retrait afin que s’ouvrent des discussions sur d’autres bases.

L’évaluation doit être formative et respecter les principes d’équité, d’égalité de traitement, de transparence. Les enseignants ont avant tout besoin d’un accompagnement qui soit une aide au développement professionnel afin d’être mieux armés pour faire réussir tous les élèves. Ce projet aurait des conséquences financières négatives pour les enseignants dont le pouvoir d’achat ne cesse de baisser avec le gel de la valeur du point d’indice, l’augmentation du taux de pension et l’introduction d’un jour de carence. La France est le seul pays de l’OCDE où le salaire moyen des enseignants a baissé ces 10 dernières années. D’ailleurs, le ministre lui-même, en annonçant son intention de revaloriser les enseignants en début de carrière, reconnaît que la question salariale reste un sujet sensible. Les mesures annoncées, simples mesures de rattrapage tant le retard est important, sont loin de régler l’ensemble de la question salariale et écartent, une fois encore, l’immense majorité des enseignants.

Le 9 novembre dernier le SNUipp-FSU s’est adressé au ministre de l’Éducation nationale pour demander une revalorisation pour tous les enseignants reste plus que jamais d’actualité. Il propose d’ailleurs très concrètement des leviers d’action pour améliorer la reconnaissance salariale des enseignants.

De même, en annonçant une revalorisation de 50 % de la part variable de l’indemnité de direction, le ministre semble prendre conscience du conflit ouvert sur la direction d’école et son fonctionnement. Il y apporte une première réponse financière. Pour autant les sujets de mécontentement sont encore très importants : alourdissement de la charge de travail, disparition de l’aide administrative, manque de temps de décharge. Le SNUipp-FSU renouvelle son action « Je réponds si j’ai le temps » qui appelle les directrices et directeurs à prioriser les demandes multiples : ce sont les élèves et les parents d’abord. Le SNUipp-FSU réitère sa demande d’ouverture de véritables négociations pour la revalorisation de tous les enseignants.

C’est pour toutes ces raisons (suppressions de postes, salaires, conditions de travail, réforme de l’évaluation) que nous appelons à une journée de mobilisation interprofessionnelle le 13 décembre mais aussi à une journée d’action spécifique le 15 décembre et que nous serons en grève pour défendre l’école, ses élèves et ses personnels tout comme dans les mois à venir, nous allons continuer de mobiliser la communauté éducative pour que l’école soit le lieu où il fait bon apprendre et vivre pour tous les élèves et bon de travailler pour les enseignants.


Statistiques

EchelonPromouvablesPromusBar. Dernier
PE5GC341016,5
PE5C00
PE5A362612
PE6GC501520
PE6C352518,808
PE6A231017
PE7GC541623,5
PE7C523723
PE7A441520
PE8GC762230,917
PE8C412928
PE8A341426,667
PE9GC571741,381
PE9C412933,5
PE9A361317,5
PE10GC481448,417
PE10C231640,908
PE10A9933,689
PE11GC29854,619
PE11C141052,403
PE11A6649,922
Inst10C1
Inst10MC1
Inst10A1136,658
Inst11C1
Inst11MC2139,206
Inst11A1

GC : Grand Choix, C : Choix, MC : MI-Choix, A : Ancienneté

 

10 visiteurs en ce moment

*Top

SNUipp-FSU Aveyron :

- 8 rue de Vienne, les Corniches de Bourran 12000 RODEZ
- Tél : 05.65.78.13.41
- mèl : snu12@snuipp.fr

Permanences :
- Lundi, Mardi, Mercredi, Jeudi, Vendredi les ap.m.
- Mardi, Mercredi, Jeudi les matinées.

Sur Facebook : plan et photos SNUipp-FSU12


©Copyright 2006 - SNUipp-FSU Aveyron, tous droits réservés.