www.snuipp.fr

SNUipp-FSU Aveyron

Thèmes abordés


Vous êtes actuellement : Actu, Infos et Journaux  / Déclarations et Communiqués de Presse 

fontsizeup fontsizedown {id_article} impression s'abonner  à la rubrique {} syndiquer le forum
6 janvier 2012

Discours de la méthode

Qui a très souvent dit son respect et son admiration pour les enseignants et n’a cessé de nous cracher au visage ? Qui a érigé ces mauvaises manières en méthode ?

« L’OCDE a dressé un réquisitoire terrible. Baisse du niveau des élèves faibles, inégalités sociales croissantes, salaires enseignants parmi les plus bas des pays développés, sorties massives sans qualification. Durant le quinquennat l’Ecole a régressé. Pour les enseignants, du LPC à la nouvelle évaluation des enseignants, le quinquennat laisse la trace d’une transformation douloureuse du métier. ». Cette citation est tirée de l’expresso du Café Pédagogique du 5 janvier 2012. Gageons qu’une écrasante majorité de collègues partage ce terrible constat.

À Poitiers, Sarkozy annonce le 5 janvier 2012 qu’il veut continuer dans cette voie, qu’il veut poursuivre la casse de l’école de la République.

Tout au long de son discours, il emploie le même procédé que l’on retrouve ici : "La paupérisation est un problème pour la société française. Il faut réévaluer la condition enseignante" a-t-il dit. Mais qui a décidé du blocage des salaires ? Qui a décidé d’une réforme des retraites inique comme d’une injuste réforme du financement de la protection sociale majorant les cotisations ? Qui a imposé le jour de carence ? Qui prépare une réforme de l’évaluation des personnels débouchant, en plus d’une montée de l’autoritarisme, sur un freinage dans l’évolution de carrière ? Qui a promis une revalorisation aux enseignants, il y a… cinq ans.

Qui a très souvent dit son respect et son admiration pour les enseignants et n’a cessé de nous cracher au visage ? Qui a érigé ces mauvaises manières en méthode ?

Empêchés d’exercer, méprisés, insultés, … tous K.O. debout, c’est le but. En suscitant la polémique en toute occasion sur le fond comme sur le futile, en fabriquant sans cesse de nouvelles divisions, en nous assommant de mesures ineptes et dangereuses, en niant jusqu’à l’existence de notre métier [1], en truffant ces discours d’incohérences, de mensonges éhontés, de fausses promesses sous couvert d’un faux bon sens nauséeux, il s’agit de nous ôter tout espoir de changement. À court terme, ils parient sur une démobilisation sur le terrain social en nous renvoyant à un toujours hypothétique changement lors la présidentielle.

Il est donc vital de les contredire, de se porter volontaire pour l’action collective, ici et maintenant. On ne peut risquer que l’absence de réactions soit lue comme un commencement d’approbation de son action. On ne peut risquer d’accroître le sentiment de l’inutilité de l’action collective. On ne peut risquer de laisser croire que le seul changement de majorité résoudra tous les problèmes de l’école et au-delà de tous les services publics, de toute la société.

Depuis 2002 au moins, un cancer ronge l’école, il ne suffira pas de changer de dirigeant, il ne suffira pas d’accroître le nombre des personnels, il ne suffira pas d’un semblant de changement de cap : il y faudra l’engagement de chacun.

Commençons !

[1] puisqu’il a supprimé la formation initiale

 

9 visiteurs en ce moment

*Top

SNUipp-FSU Aveyron :

- 8 rue de Vienne, les Corniches de Bourran 12000 RODEZ
- Tél : 05.65.78.13.41
- mèl : snu12@snuipp.fr

Permanences :
- Lundi, Mardi, Mercredi, Jeudi, Vendredi les ap.m.
- Mardi, Mercredi, Jeudi les matinées.

Sur Facebook : plan et photos SNUipp-FSU12


©Copyright 2006 - SNUipp-FSU Aveyron, tous droits réservés.