www.snuipp.fr

SNUipp-FSU Aveyron

Thèmes abordés


Vous êtes actuellement : Instances Paritaires  / CTSD, CDEN, Mesures de Carte 

fontsizeup fontsizedown {id_article} impression s'abonner  à la rubrique {} syndiquer le forum
13 février 2013

Déclaration au CDEN du 13 février 2013

Le 23 septembre dernier, en CDEN, nous espérions être au début d’une année de transition.

Ce CDEN officialisait les mesures de carte scolaire issues du dernier budget Sarkozy. Suppressions après suppressions, le tissu scolaire a été mis à mal et cette rentrée-là bien sûr ne dérogerait pas à la règle. Les représentants de la FSU, depuis plusieurs années, votaient contre les propositions de carte scolaire et la dotation départementale du premier degré ou bien ils refusaient de prendre part au vote : il ne pouvait en effet être question de valider une répartition des moyens qui ne pouvait être satisfaisante parce qu’elle se faisait dans le cadre d’une dotation insuffisante.

Mais le dialogue social, dont nous pensions qu’il s’ouvrait sous de meilleurs auspices, et l’effort budgétaire réalisé sont bien loin d’avoir eu raison de la frustration et de l’inquiétude des principaux acteurs de l’Education. Nous nous demandons aujourd’hui, si … le changement, c’est maintenu ?…

En CTSD, Monsieur le Directeur académique vous avez vous-même dit que cette rentrée est plus dure que celle de l’année dernière… et nous en sommes d’accord…

Si nos organisations syndicales peuvent accueillir positivement l’arrêt des suppressions de postes et la création d’emplois dans l’Education Nationale, elles doivent dans le même temps rappeler que les 8781 créations dans l’Education au niveau national sont à mettre en regard des 55 141 suppressions cumulées depuis 2008 et elles doivent dès lors souligner que le chemin qu’il reste à parcourir est long pour améliorer la situation, d’autant que ces créations se font au détriment des autres secteurs de la FP.

Preuve – s’il en faut… – dans la dotation initiale du 1er degré, l’Aveyron perdait encore des postes. Aujourd’hui l’Aveyron est repassé à un solde nul : on est bien loin du « plus de maître que de classe ». Des écoles se voient retirés des postes alors qu’elles ont des effectifs identiques à l’année dernière, d’autres se voient refuser une création en connaissant une augmentation d’effectif réelle. Certaines propositions vont déboucher sur de véritables entassements dans des locaux trop exigus. La circulaire sur la scolarisation dès 2 ans a donné lieu à un véritable contournement : en Aveyron, ce qui est enfin caractérisé comme une chance offerte aux enfants ne leur sera pas donné.

Dans le second degré, force est de constater que la légère hausse globale des moyens supplémentaires attribués pour la prochaine rentrée dans le second degré n’est pas en mesure d’apporter une amélioration notable et globale de la situation des effectifs des classes et des conditions de travail.

Le H/E (rapport de la dotation horaire par le nombre d’élèves) s’étant dégradé au fur et à mesure des années, les moyens accordés cette année vont permettre de redonner un peu d’air à certains établissements, en collège notamment. Mais il manque dans l’académie environ 200 ETP (emplois) pour retrouver le taux d’encadrement de 2010 et il faudrait doubler ces créations de postes pour retrouver l’encadrement de 2007. Pour ce qui concerne les heures supplémentaires, le taux commence enfin à diminuer, mais trop légèrement. Le nombre d’heures supplémentaires reste encore trop important : un établissement peut fonctionner sans aucun problème avec moins d’heures supplémentaires ; soyons clairs, il fonctionne même mieux, de manière plus souple, parce qu’un taux limité d’heures supplémentaires permet d’éviter aux chefs d’établissement de trop grandes contorsions dans la construction des services et des postes.

Sur le dossier des rythmes scolaires, ce vendredi 8 février, devant 1 400 Inspecteurs de l’Éducation nationale rassemblés à Paris, le ministre lui-même a reconnu que « Nous allons commettre des erreurs (…) Nous n’aurons pas les meilleurs rythmes [dès la rentrée de 2013] (…) On fera des choses approximatives. On y reviendra. » Et de poursuivre, « nous avons le temps d’agir (…) ». C’est bien pour donner à la réforme le temps de réussir que le SNUipp-FSU estime qu’un report à 2014 est nécessaire, ainsi qu’une réécriture du décret. Toute modification en 2013 ne peut se faire qu’avec l’accord de toutes les parties prenantes (enseignants, parents et élus). C’est une des conditions de la réussite de cette réforme. Un échec de la réforme des rythmes fragiliserait la priorité au primaire que nous avons saluée et qui est concrètement attendue dans les écoles. Nous demandons au ministre de rendre plus lisible son action en direction du primaire. Cette réforme des rythmes insuffisamment préparée relègue au second plan des sujets essentiels pour une meilleure réussite des élèves : révision des programmes, scolarisation des tout-petits, revitalisation de la maternelle, avenir des RASED, Éducation prioritaire, direction d’école. À nouveau, nous demandons au ministre la mise en place d’un agenda de la priorité au primaire avec ouverture de discussions pour que des premières mesures concrètes interviennent pour la réussite des élèves dès la rentrée 2013. C’est pour toutes ces raisons que les grévistes d’hier se sont mobilisés : il faut les entendre.

Le gouvernement a changé ; certaines orientations ont été abandonnées, mais nous sommes loin du compte et en tant qu’organisation syndicale nous n’avons pas pour habitude de renoncer à nos revendications.

Nous attendons toujours fermement des décisions concrètes, il y a toujours et de plus en plus urgence pour nos élèves et pour le pays. Il s’agit toujours de rompre avec le renoncement et d’investir dans l’avenir.

 

31 visiteurs en ce moment

*Top

SNUipp-FSU Aveyron :

- 8 rue de Vienne, les Corniches de Bourran 12000 RODEZ
- Tél : 05.65.78.13.41
- mèl : snu12@snuipp.fr

Permanences :
- Lundi, Mardi, Mercredi, Jeudi, Vendredi les ap.m.
- Mardi, Mercredi, Jeudi les matinées.

Sur Facebook : plan et photos SNUipp-FSU12


©Copyright 2006 - SNUipp-FSU Aveyron, tous droits réservés.