www.snuipp.fr

SNUipp-FSU Aveyron

Thèmes abordés


Vous êtes actuellement : Actu, Infos et Journaux  / SNUipp-Infos 

fontsizeup fontsizedown {id_article} impression s'abonner  à la rubrique {} syndiquer le forum
7 septembre 2006

SNUipp-Infos du 07.09.06 : Un premier pas : 250 à Rodez le 6/09

Construire le 28 septembre - Déclaration de la FSU12 du 7.09.06

Merci à toutes celles et tous ceux qui ont fait le premier pas.

Le Rassemblement du 6 septembre à Rodez a montré qu’une mobilisation très tôt, à quelques jours de la rentrée, est tout à fait possible. Il faut maintenant mettre toutes nos forces de conviction en œuvre, réussir le 28 septembre est à notre portée, tous nous pouvons peser dans la discussion budgétaire, ne laissons pas s’installer la logique du pire pour l’école.

Déclaration de la FSU12 (Rassemblement du 6 septembre- Rodez)

Ce qui nous rassemble aujourd’hui, ce qui nous mobilisera le 28 septembre, c’est l’annonce de nouvelles coupes budgétaires dans la Fonction Publique, 15 000 postes supprimés dont 8 700 dans la seule Éducation Nationale.

Depuis 1997, dans les écoles nous aurons accueilli 1536 élèves supplémentaires et dans le même temps on nous aura privé de 77 postes d’enseignants.

Depuis 2003, écoles, collèges et lycées confondus, notre département n’a cessé de perdre des postes. Au plan national, alors que grimpent les effectifs dans les écoles, le gouvernement n’aura créé qu’1 poste pour 45 élèves. Par contre, le tassement démographique du 2nd degré a été le prétexte à des suppressions massives : chaque fois que 8 lycéens ou collégiens manquaient, 1 poste de prof disparaissait. Qu’on se le dise, s’il y a beaucoup de personnels, il n’y a pas moins d’élèves dans le système éducatif. Ceux qui prétendent le contraire, nous mentent.

Comme ils ont menti quand ils ont promis 3 000 postes de mieux pour l’enseignement supérieur et la Recherche et n’en ont prévu que 1568. Ils nous mentent parce qu’ils ont choisi la logique du pire. Ces décisions irresponsables, si elles devaient se confirmer lors du vote du budget, se traduiraient par des baisses drastiques de l’offre d’options, des effectifs encore plus chargés, des remplacements qui ne seraient plus assurés, … Ces suppressions annoncées compromettent l’avenir.

NON les dépenses pour les services publics ne sont pas un coût mais un investissement !

Voilà pourquoi, la FSU appellent tous les partenaires de la communauté éducative à s’opposer à cette logique du pire et à s’inscrire massivement dans la journée nationale d’action, de manifestations et de grève du 28 septembre.

Mais ce gouvernement n’a pas seulement fait un choix économique désastreux et un véritable détournement de fonds vers sa clientèle politique. Il tente d’imposer un choix de société en rupture avec notre modèle social, avec les idéaux mêmes de la République.

Il y a quelque chose de criminel dans les lois récentes qui touchent l’Éducation. Les lois Fillon ou la loi si improprement appelée sur « l’égalité des chances » : elles sont toutes entières construites sur le renoncement à l’ambition de réussite scolaire et universitaire pour tous les jeunes. L’élève n’est plus au centre du système éducatif, ce qui importe ce sont les savoirs. Et du coup, la porte est grande ouverte pour abandonner les élèves, nos enfants sur toutes les voies de garage :

  On met en place « l’apprentissage junior » dès 14 ans. Face aux défis de la société du XXIème siècle mesure-t-on bien que c’est la première fois depuis Pétain qu’un gouvernement abaisse l’âge de la scolarité obligatoire ? Et que vont devenir ces enfants ? Combien trouveront une entreprise à l’écoute de leurs besoins ? Combien auront une réelle formation ? Et dans quelques années, que feront-ils quand ils réaliseront qu’en les sevrant ainsi d’école on les a privés de toutes possibilités d’évolution ?

  Le socle commun : c’est la réduction du savoir à des éléments dits fondamentaux, c’est le savoir réduit à ce qu’il aurait d’utile. Tout le reste ne serait que superflu. Le socle commun, c’est la négation de la culture commune. La culture, ce qui permet de s’insérer, de rebondir, d’évoluer… il s’agit de la réserver aux classes sociales les plus favorisées. Quant aux autres, entre l’apprentissage junior et la télé, ils auront de quoi s’occuper. En cela le socle commun tourne le dos aux valeurs de la République.

  La mise en place des PPRE, les « Programmes Personnalisés de Réussite Éducative »… sous couvert d’aide aux élèves en difficulté, c’est une véritable entreprise de culpabilisation qui est lancée : l’échec scolaire n’est plus à reprocher au système éducatif, non, c’est l’élève qui serait fautif, ce sont les parents qui seraient de mauvais parents. Cette logique de stigmatisation vise à faire accepter l’échec par ceux-là mêmes qui ont besoin d’aide, elle prépare à l’orientation de plus en plus précoce hors du cursus général.

  Et la polémique lancée sur la lecture ? A quoi rime de désigner comme source de tous les maux la méthode globale qui n’est plus utilisée depuis 20 ans ? A quoi rime de lui opposer une méthode créée dans les toutes premières années du XXème siècle ? Bien sûr, il y a 4% d’illettrés chez les 18-24 ans moins d’1 personne sur 20, ce qui est intolérable, mais quand on regarde ceux qui ont subi la méthode syllabique : 1 personne sur 5 est illettré chez les 55-65 ans, 4 fois plus d’échec avec la méthode de Robien ! On ne saurait mieux dire que le Ministre, et avec lui Sarkozy qui vient de reprendre ce thème, on ne saurait mieux dire qu’ils ont choisi l’échec pour le plus grand nombre. Et cette polémique sur la lecture tombe à point nommé pour détourner le regard de toutes les coupes sombres, de tous les abandons.

Non, nous n’entrerons pas dans l’avenir à reculons.

Les abandons, abandon de l’ambition de réussite scolaire et universitaire pour tous les jeunes, abandon des ZEP, abandon de l’égalité. Les classes surchargées, les options disparues, les activités impossibles à tenir faute de personnel, le recul de la scolarisation dès 2 ans. Abandon de l’égalité. Il s’agit de nos enfants, il s’agit de l’avenir de notre pays.

Abandon de la fraternité aussi : comment ne pas faire le lien avec la chasse aux enfants de sans-papiers ? Il n’y a pas de clandestins dans nos classes. Il y a des enfants. Il s’agit de nos enfants, il s’agit de l’avenir de notre pays.

Rappel : Ce matin, jeudi 7 septembre, CTPD, les décisions de l’IA seront connues dès la mi-journée. Vous pouvez téléphoner au 05.65.43.40.11 ou consulter le site du SNUipp : http://12.snuipp.fr/spip

Demain, vendredi 8 septembre, la CAPD qui placera les derniers personnels sans poste. Les résultats seront communiqués de la même manière, dès la fin de la CAPD à la mi-journée.

 

34 visiteurs en ce moment

*Top

SNUipp-FSU Aveyron :

- 8 rue de Vienne, les Corniches de Bourran 12000 RODEZ
- Tél : 05.65.78.13.41
- mèl : snu12@snuipp.fr

Permanences :
- Lundi, Mardi, Mercredi, Jeudi, Vendredi les ap.m.
- Mardi, Mercredi, Jeudi les matinées.

Sur Facebook : plan et photos SNUipp-FSU12


©Copyright 2006 - SNUipp-FSU Aveyron, tous droits réservés.