www.snuipp.fr

SNUipp-FSU Aveyron

Thèmes abordés


Vous êtes actuellement : Instances Paritaires  / CTSD, CDEN, Mesures de Carte 

fontsizeup fontsizedown {id_article} impression s'abonner  à la rubrique {} syndiquer le forum
1er juillet 2014

CDEN du 26 juin 2014 | Déclaration de la FSU

Comme à l’accoutumée le DASEN a mis en avant que tout semble se mettre en place sans anicroche particulière. Il a repris les rapports effectués par deux IEN lors du Comité de Pilotage réuni il y a deux semaines. Ces rapports, bien que notant un ensemble de points négatifs et d’alertes, ont été présentés comme témoignant d’une réalité souriante et nécessairement orientée vers l’amélioration. Tout se passe comme si, une bonne fois pour toute, cette réforme ne peut-être que positive pour l’élève et l’enfant, qu’elle sera efficace quant à ses objectifs proclamés et que toutes les difficultés pointées par les uns et les autres ne sont qu’anecdotes voire simples témoignages de la mauvaise foi de ceux qui décidément ne veulent pas de la réforme.

Le SNUipp-FSU12 est intervenu pour dire que la consultation n’avait pas été toujours très ouverte et qu’on nous avait rapporté nombre de pressions diverses sur les personnels voire les parents en Conseil d’Ecole.

Concernant les ajustements et dérogations nés du Décret Hamon, le DASEN a dit son opposition résolue au vendredi après-midi, cela affectant part trop les demies journées sur la semaine. Le SNUipp intervenant pour demander en quoi le vendredi après-midi est plus négatif que les autres après-midis, s’est vu répondre une argumentation que nous avouons n’avoir pas comprise. Il reste que le Rectorat refuserait les expérimentations portant sur le vendredi après-midis.

Le SNUipp-FSU12 est intervenu en soulignant que le principal mérite du Décret Hamon est de mettre sous un jour plus cru l’évidence de l’impréparation de la réforme malgré deux ans de travaux divers. Avec cette possibilité d’expérimentation les intérêts légitimes des collectivités locales, des intervenants, des parents, des élèves et enfants, comme les intérêts légitimes des personnels sont mis en confrontation. Encore une fois on compte en haut lieu sur l’engagement des personnels pour que la réforme sinon réussisse du moins soit la moins bancale possible.


Déclaration de la FSU

La rentrée scolaire se prépare dès maintenant avec en ligne de mire la mise en place d’une réforme des rythmes contestée et dont la déclinaison sur le terrain prouve combien elle a été mal pensée, mal préparée et peu financée.

Avec de nouvelles organisations des temps, cette rentrée revêt une dimension bien particulière pour les 6 millions d’élèves et leur famille. C’est aussi un moment important pour nos collègues, et notamment les 330 000 PE qui se projettent dès maintenant sur leur organisation professionnelle et personnelle.

Or, à moins de 2 semaines de la sortie, la cacophonie est toujours de mise. Les enseignants sont aujourd’hui dans une situation d’inquiétude et d’inconfort professionnel pour préparer sereinement la rentrée. Peu d’informations fiables sur les horaires, l’utilisation des locaux et des salles de classes, l’organisation et le coût du périscolaire : ils peinent à répondre aux questions légitimes des parents et leur crédibilité s’en trouve écornée.

En mettant en ligne lundi les horaires des écoles, le ministère vient d’ajouter une nouvelle pierre à la confusion ambiante. Ceux-ci sont présentés comme des horaires officiels. Or, à cette heure, une grande majorité des CDEN ne se sont pas tenus. Dans certains départements, les propositions n’ont même pas été transmises aux organisations syndicales. Certains de ces horaires n’ont même jamais été communiqués aux écoles, d’autres ne correspondent pas à ce qui se dit sur le terrain, d’autres enfin font encore l’objet de désaccords. Comment les parents et les enseignants peuvent-ils s’y retrouver finalement ? Qui a le dernier mot ? Le maire ou l’Education nationale ? Comment s’assurer que l’avis et l’accord des conseils d’école ont été entendus ? Comment ne pas ressentir dans cette publication des horaires sur le site du Ministère une confirmation de la méthode choisie qui consiste à imposer une réforme et renvoyer aux acteurs de terrain le soin de se débrouiller que ce soit sur l’organisation ou le financement ? Ce CDEN, que nous avons pourtant demandé, a-t-il quelque raison de se tenir sur cette question ?

Dans le même temps, du fait de la multiplication d’organisations scolaires avec des durées de journées différentes, la confusion règne aussi au sujet de la gestion administrative des écoles et des enseignants.

L’une des conséquences est la limitation de l’accès aux diverses formes de temps partiel et donc un recul des droits des personnels. Aujourd’hui, cette situation risque d’entrainer de lourds dysfonctionnements dans la gestion des compléments de service des directeurs d’école, des maitres formateurs, et des remplacements. Sur tous ces sujets, les droits de tous les personnels doivent être respectés. Nous demandons notamment que soit garanti partout et de manière effective le 1/4 décharge pour les directeurs qui y ont droit et que l’accès au temps partiel ne soit pas limité.

Cette situation n’est pas acceptable. Elle est source de confusion pour les familles et les enseignants puisque certaines informations sont erronées. Elle n’est pas respectueuse d’un dialogue social de qualité pourtant érigé en méthode dans ce ministère. Le dialogue social ne se paie pas que de mots. Il se vit en acte.

En l’état, on peut craindre que cette réforme reste comme une occasion manquée pour bonifier le temps de l’élève et la journée de l’enfant, mais en tout état de cause, les maigres fruits qu’elle pourra donner seront à porter à un nouveau surinvestissement des personnels qui n’en peuvent mais.

 

16 visiteurs en ce moment

*Top

SNUipp-FSU Aveyron :

- 8 rue de Vienne, les Corniches de Bourran 12000 RODEZ
- Tél : 05.65.78.13.41
- mèl : snu12@snuipp.fr

Permanences :
- Lundi, Mardi, Mercredi, Jeudi, Vendredi les ap.m.
- Mardi, Mercredi, Jeudi les matinées.

Sur Facebook : plan et photos SNUipp-FSU12


©Copyright 2006 - SNUipp-FSU Aveyron, tous droits réservés.