www.snuipp.fr

SNUipp-FSU Aveyron

Thèmes abordés


Vous êtes actuellement : Transformer l’Ecole 

fontsizeup fontsizedown {id_article} impression s'abonner  à la rubrique {} syndiquer le forum
3 février 2015

Déclaration du de la FSU12 et de la CGT-Educ’action12 au rassemblement du 3 février 2015

A mi-chemin du quinquennat, les deux priorités affichées en 2012 - la jeunesse et l’Ecole - sont de moins en moins perceptibles dans les écoles, les collèges et les lycées. C’est une évidence en cette période où se prépare la rentrée 2015 .

La rentrée se prépare sous le signe d’une tension de plus en plus forte sur les effectifs par classe, alors même qu’une étude récente confirme la forte corrélation entre les effectifs et la réussite ou l’échec scolaire.

Avec 8 postes en moins dans le 1er degré dans l’Aveyron, 54 ETP en moins pour les collèges dans l’académie, des effectifs de référence de 30 au collège et de 35 au lycée, comment répondre à l’amélioration des conditions d’apprentissage des élèves et des conditions de travail et d’emploi des personnels ?

Cette préparation de rentrée prend évidemment place dans un contexte tout particulier : après les actions terroristes contre Charlie Hebdo et le supermarché Casher, après quelques incidents dans les établissements scolaires à l’occasion des minutes de silence ou des débats, les politiques ont redécouvert que l’Ecole avaient un rôle essentiel, et l’Ecole est aujourd’hui l’objet d’une interpellation tout à fait légitime pour relever le défi que la Nation lui pose : faire comprendre et partager à toutes et tous les valeurs de la République et apporter sa pierre à la cohésion sociale.

Les événements de janvier ont ainsi remis en évidence la nécessité de faire partager par tous les jeunes l’importance de la laïcité, laïcité qui ne peut ni se réduire à la neutralité qui conduit au relativisme et au communautarisme, ni conduire à opposer un dogme à d’autres dogmes. Les personnels, qui travaillent auprès des jeunes qui leur sont confiés, ne se déroberont pas. Ils ne l’ont jamais fait et si le système a tenu jusqu’à aujourd’hui, ce n’est pas grâce aux réformes mais grâce à leur implication, leur conscience, leur sens du métier.

Il serait dès lors bon de cesser d’empiler les injonctions et les dispositifs, de commencer par reconnaître ce qu’ils font déjà depuis longtemps dans des conditions toujours plus difficiles et de comprendre pourquoi ce travail ne suffirait pas, ou plus.

L’ambition d’une école émancipatrice et construisant une citoyenneté fondé sur des valeurs partagée repose sur un travail de fond nécessite du temps que les personnels ont de moins en moins du fait de la dégradation de leur condition de travail.

Pour la CGT et la FSU, tout doit être mis en œuvre pour conforter la démocratie, ce qui implique que cesse toute politique d’exclusion au profit de vraies politiques sociales, du logement, de l’emploi, de vraies politiques éducatives donnant plus et mieux à celles et ceux qui ont moins, afin que chaque citoyen-ne puisse trouver sa place dans la société. Et céder aux sirènes du tout sécuritaire à travers des mesures liberticides, c’est bien se tromper de terrain.

Il est donc plus que temps de faire le choix d’un investissement massif dans tous les services publics. Cela nécessite une toute autre répartition des richesses. Il faut donc que cessent les politiques et mesures libérales (entre autre la loi Macron) et l’austérité, de plus en plus contestées en Europe (en Belgique, Espagne, Grèce, Italie…) qui accroissent des inégalités qui favorisent la désespérance et avec elle les replis identitaires et les extrémismes sous toutes leurs formes. Il est évident que dans cette période de crise économique et sociale et de montée des inégalités, l’école avec ses enseignant-es constituent un rempart incontournable à la relégation des plus fragilisé-es et à la montée de tous les obscurantismes.

Si l’éducation a besoin d’un autre niveau d’investissement, c’est pour améliorer mais aussi pour redonner à la communauté éducative et enseignante, comme à l’ensemble de la Fonction publique, une nouvelle reconnaissance.

La priorité à l’Education ne se traduit pas dans les écoles, les collèges et les lycées. Dans le premier degré, les nouveaux rythmes scolaires ne sont pas une réponse à la difficulté scolaire : ils accentuent la dégradation des conditions de travail des enseignant-es et renforcent les inégalités territoriales.

Avec des effectifs parmi les plus chargés d’Europe, une formation continue exsangue, une charge de travail toujours en augmentation, une revalorisation salariale en panne et un recours croissant aux contractuel-les, en lieu et place d’enseignant-es titulaires et formés, la coupe est pleine.

La FSU et la CGT demandent un investissement massif dans l’Éducation ce qui nécessite une augmentation du budget prévu. Pour réussir l’école, il faut davantage d’enseignant-es mieux formés et mieux payés et améliorer leurs conditions de travail. A la FSU et à la CGT, on pratique la lutte des classes pour les classes. C’est notre fierté !Pour nos élèves, il faut une école ambitieuse, il faut une réelle refondation, il faut des actes : nous les arracherons.

 

26 visiteurs en ce moment

*Top

SNUipp-FSU Aveyron :

- 8 rue de Vienne, les Corniches de Bourran 12000 RODEZ
- Tél : 05.65.78.13.41
- mèl : snu12@snuipp.fr

Permanences :
- Lundi, Mardi, Mercredi, Jeudi, Vendredi les ap.m.
- Mardi, Mercredi, Jeudi les matinées.

Sur Facebook : plan et photos SNUipp-FSU12


©Copyright 2006 - SNUipp-FSU Aveyron, tous droits réservés.