www.snuipp.fr

SNUipp-FSU Aveyron

Thèmes abordés


Vous êtes actuellement : Actu, Infos et Journaux  / Déclarations et Communiqués de Presse 

fontsizeup fontsizedown {id_article} impression s'abonner  à la rubrique {} syndiquer le forum
19 octobre 2006

Déclaration des Représentants du SNUipp au Conseil de Formation du 18 cotobre 2006

L’an passé, le SNUipp avait pris la parole en Conseil de Formation pour alerter sur les conséquences prévisibles d’un début de polémique sur la lecture en cours depuis l’automne 2005. Nous étions alors très loin d’imaginer que cette polémique prendrait pareille tournure. De la mise à l’écart de chercheurs aux sanctions contre un responsable syndical par ailleurs IEN, c’est désormais de « chasse aux sorcières » qu’il faut parler. La dernière étape franchie l’a été, la semaine dernière, par une association qui appelle directement à la délation anonyme contre ceux qui s’obstineraient car elle considère que « tous les enseignants de CP devraient aujourd’hui utiliser une méthode de lecture syllabique, sur le principe du B.A.-BA. ».

Dans le courrier que le SNUipp12 vous a adressé le 29 septembre dernier, nous indiquions que pourtant l’arrêté du 24 mars 2006 modifiant les programmes stipule : « on utilise deux types d’approches complémentaires : analyse de mots entiers en unités plus petites référées à des connaissances déjà acquises, synthèse à partir de leur constituants, de syllabes ou de mots réels ou inventés. ».

Le SNUipp fait partie des signataires d’une Lettre ouverte au Ministre parue la semaine dernière et nous faisons donc nôtre le constat suivant : « les prises de position (du Ministre), souvent caricaturales et aux fondements scientifiques contestés, s’opposent aux contenus même des programmes qu’(il a) pourtant signés ».

Comme nous vous l’avons déjà dit, « au-delà d’une polémique que nous considérons tout à fait médiocre, le SNUipp dénonce ce qui pour nous relève à la fois d’une tentative de formatage pédagogique et d’une menace collective. La liberté pédagogique voire la liberté de pensée des enseignants sont visées. ».

Notre propos dans le cadre de ce Conseil de Formation est de vous redire que nous insistons pour que, dans l’intérêt bien compris des élèves, les enseignantes et enseignants soient soutenus, et tout particulièrement les plus jeunes d’entre eux, dans l’exercice de leur métier.

Par ailleurs, nous renouvelons notre opposition résolue à toutes tentatives de formatage des stages : la formation continue, déjà bien mise à mal quantitativement, perdrait toute légitimité si elle devenait une machine de guerre contre la liberté pédagogique.

Le SNUipp soutient Roland Goigoux, écarté de la formation des IEN, et Pierre Frackowiak, IEN menacé de sanction.

Comme nous pouvions le craindre au vu des motivations et de la précipitation qui ont présidé à la mise en œuvre du stage « filé », les stagiaires PE2 rencontrent des difficultés importantes dès les premières semaines de cette année :
- Une charge de travail supplémentaire très lourde
- Des difficultés pour concilier de manière cohérente la préparation de classe et le parcours de formation à l’IUFM, les déplacements importants dans de nombreux cas, le tout dans un volume horaire de formation constant.
- Les problèmes liés à la place de ce stage dans l’évaluation finale.
- Un accompagnement formateur insuffisant.
- Des retards annoncés dans le remboursement nécessaire des frais de déplacements alors que ceux-ci deviennent beaucoup plus conséquents.

Sous l’impulsion du SNUipp et de la FSU, le CSP, comme le Conseil d’Administration de l’IUFM, avaient adopté en juin une motion demandant au minimum le report du stage « filé ». Les faits nous donnent raison aujourd’hui. Cette modalité de stage, telle qu’elle se met en œuvre, non seulement ne peut améliorer la formation initiale, mais elle contribue à la dégrader parce qu’elle intervient sans allongement de la durée totale de la formation, et sans les moyens nécessaires à un accompagnement formateur à la hauteur de l’enjeu.

L’an passé, vous avez décidé, M. l’Inspecteur d’Académie, de ne pas reconduire la priorité absolue au second mouvement pour les PET1. Le SNUipp12, qui seul s’était opposé à cet abandon, avait souligné la nécessité d’un accompagnement particulier à l’entrée dans le métier. Vous aviez mis en avant le suivi par les équipes de circonscription, ce qui n’a rien de nouveau. Aujourd’hui, sachant que les équipes de circonscription déjà surchargées peuvent aussi avoir à intervenir auprès des PE2 en stages filés, alors que les enveloppes budgétaires ont été encore revues à la baisse et le seront sans doute encore dans le prochain budget, quelle aide est apportée aux débutants ? Qu’en est-il de la prise en compte effective des difficultés de l’entrée dans le métier ?

 

56 visiteurs en ce moment

*Top

SNUipp-FSU Aveyron :

- 8 rue de Vienne, les Corniches de Bourran 12000 RODEZ
- Tél : 05.65.78.13.41
- mèl : snu12@snuipp.fr

Permanences :
- Lundi, Mardi, Mercredi, Jeudi, Vendredi les ap.m.
- Mardi, Mercredi, Jeudi les matinées.

Sur Facebook : plan et photos SNUipp-FSU12


©Copyright 2006 - SNUipp-FSU Aveyron, tous droits réservés.