www.snuipp.fr

SNUipp-FSU Aveyron

Thèmes abordés


Vous êtes actuellement : TOUS les Personnels  / ESPE et début de carrière 

fontsizeup fontsizedown {id_article} impression s'abonner  à la rubrique {} syndiquer le forum
26 avril 2017

Audience DASEN Conditions de travail PES

Présents : M. Cambe : DASEN, Mme Busnel : secrétaire générale, M.Fressignac : IEN adjoint au DASEN mission 1er degré, M.Montoya : responsable de l’ESPE de Rodez, JL Tornero : secrétaire du CHSCT, SNUipp-FSU12, Stéphanie Massol et Virginie Strazzaboschi : SNUipp-FSU12, secteur début de carrière.

Nous avons souhaité rencontrer M. le DASEN pour aborder le thème des conditions de travail des Professeurs des Écoles Stagiaires. Cette demande d’audience fait suite aux nombreuses sollicitations des PES lors de nos permanences à l’ESPE ou par mail, téléphone, visites au local…

Suite à l’augmentation de la fréquence de ces sollicitations depuis ces deux dernières années et au mal-être des PES nous leur avons demandé de répondre à une enquête anonyme sur les conditions de travail.

Nous avons obtenu 17 réponses sur 29.

Le but de notre audience au DASEN était de faire remonter les résultats de cette enquête et de les mettre en lien avec les revendications du SNUipp-FSU pour la formation des jeunes enseignants.

Cette enquête permet de faire ressortir deux grands axes : les problèmes relationnels et les problèmes de construction de la formation.

Problèmes relationnels

-  35% évoquent des problèmes relationnels avec leur tuteur PEMF et/ou avec leur binôme : des problèmes de positionnements sont évoqués, sur le côté humain/relationnel, il n’y a pas de remise en cause du contenu pédagogique mais un manque de bienveillance, des propos blessants …

Certains PES emploient les termes « entrevues destructrices et déprimantes », « source de stress », « retours rarement positifs. »

Problèmes de construction de la formation

-  70% disent ne pas avoir assez de temps pour préparer leur classe
-  94 % disent ne pas avoir assez de temps pour se former et devoir penser à trop de choses à la fois
-  60% ne se sentent pas assez accompagnés dans leur entrée dans le métier et ne voient pas la formation comme un appui suffisant dans l’exercice de leur métier.

Ces résultats sont minorés par les réponses plus positives des PES en parcours adaptés : la surcharge de travail est moins présente, ils ont beaucoup moins de cours et donc plus de temps pour préparer leur classe.

Ce qui revient dans leurs commentaires :
-  contenu des cours pas toujours adapté,
-  cours déplacés qui empiètent sur leur temps de préparation de la classe

Les termes qui reviennent« difficile à gérer », « source de stress », « alternance fatigante », « enormément de travail », « faire dans l’urgence », « frustré », « épuisement »…

Les conséquences :

Ces tensions importantes et cette construction de la formation entraînent des souffrances morales et physiques :

70% évoquent des troubles musculo-squelettiques (douleurs à la nuque, au dos..), des problèmes de cordes vocales.

Ces troubles sont inquiétants aux vues de l’âge des PES ( moyenne 28 ans). Ces troubles musculo-squelettiques peuvent être mis en lien avec :

-  le temps passé devant l’ordinateur (70% passent plus de 3 heures devant un écran d’ordinateur)

-  les troubles du sommeil liés au travail ( 70%)

Enfin, signes inquiétants de ce malaise :

Degré de satisfaction de l’exercice du métier : 6,7/10 .

La note donnée dépend du parcours des PES, ceux en parcours adaptés sont plus satisfaits (donnent une note de 7 ou 8/10) que ceux en M2 (note aux alentours de 4 – 5/10).

Plus de 40 % n’envisagent pas de faire ce métier jusqu’à la retraite.

76 % ne referaient pas une année de stage dans les mêmes conditions en cas de non titularisation.

Pour le Snuipp-FSU, le métier d’enseignant est un métier qui s’apprend dans de bonnes conditions. Pour cela il est nécessaire de :
- Repenser l’architecture de la formation et ses contenus
- Mettre en place une politique forte de pré-recrutement
- Repenser la place des différents formateurs
- Rebâtir une formation continue adossée à la recherche

Réponses des représentants de la DSDEN et de l’ESPE :

Le DASEN a trouvé que notre démarche était très intéressante, prend note de notre enquête et se demande comment aider au mieux les PES.

M.Montoya explique que pour certains points des réponses locales peuvent être apportées (bienveillance, emploi du temps) mais que pour ce qui concerne la surcharge de travail cela vient du cadre national.

En ce qui concerne la formation :

Pour l’ESPE, la formation est trop légère, on ne peut pas l’alléger, les PES le sentent lorsqu’ils disent ne pas être assez accompagnés. Des modifications par rapport aux années précédentes ont déjà été apportées, suite à nos revendications : évaluations M2 revues, cours ESPE sur les vacances scolaires abandonnés dans notre académie… On avance.

M.Fressignac souligne le fait que la formation et l’acquisition des compétences ne se limitent pas à l’année de PES. Une réflexion académique est actuellement menée pour développer cette articulation : ESPE/ 1eres années de carrière (au-delà de l’année de PES).

M.Fressignac affirme que l’image négative de la formation relève surement du ressenti : souvent les personnes en formation ne sont pas satisfaites car elles n’ont pas les clés pour comprendre ce qu’elle peut leur apporter. Nous notons que la différence de degré de satisfaction entre les PES en parcours adaptés et les PES en M2 prouvent que cela n’est pas uniquement de l’ordre du ressenti : avec plus de temps pour eux, et pour la préparation de classe, les PES en parcours adaptés vivent leur formation plus sereinement.

Par rapport aux changements d’emploi du temps ESPE empiétant sur le temps de préparation des PES, M.Montoya va demander plus de vigilance aux professeurs.

En ce qui concerne les problèmes relationnels :

Pour les PEMF, des réponses seront apportées lors des réunions de formation des formateurs, même si les problèmes relationnels ne concernent que quelques-uns d’entre eux. La bienveillance doit être de rigueur.

Les écrits ainsi que les propos oraux rapportés vont être repris et soumis aux PEMF pour qu’ils puissent repérer les propos inadaptés et évoluer dans leurs pratiques.

Pour les binômes, lors de la réunion à leur intention, M.Fressignac dédramatisera et reposera le cadre. Il souligne l’importance du rôle des équipes de circonscription qui interviendra en cas de tensions. Les binômes ayant eu des expériences positives peuvent apporter leur éclairage aux autres collègues lors de ces réunions.

 

4 visiteurs en ce moment

*Top

SNUipp-FSU Aveyron :

- 8 rue de Vienne, les Corniches de Bourran 12000 RODEZ
- Tél : 05.65.78.13.41
- mèl : snu12@snuipp.fr

Permanences :
- Lundi, Mardi, Mercredi, Jeudi, Vendredi les ap.m.
- Mardi, Mercredi, Jeudi les matinées.

Sur Facebook : plan et photos SNUipp-FSU12


©Copyright 2006 - SNUipp-FSU Aveyron, tous droits réservés.