www.snuipp.fr

SNUipp-FSU Aveyron

Thèmes abordés


Vous êtes actuellement : Actu, Infos et Journaux  / Infos Nationales 

fontsizeup fontsizedown {id_article} impression s'abonner  à la rubrique {} syndiquer le forum
20 mars 2007

Soldes ministérielles

Comme le commerçant solde ses invendus avant la cessation d’activité, Monsieur le Ministre de l’Éducation Nationale brade ses fonds de tiroirs idéologiques.

À quelques mois des élections présidentielles, G. de Robien se distingue par une hyperactivité notable. En quelques semaines, nous avons donc eu droit à :
- une circulaire de rentrée 2007 ;
- une circulaire sur la grammaire ;
- une circulaire sur le calcul ;
- un projet de décret ministériel qui prévoit la création d’établissements publics d’enseignement primaire (EPEP) ;
- l’annonce d’une modification des programmes ;
- un projet de réforme de l’apprentissage du vocabulaire (un rapport réalisé par Alain Bentolila a été remis au ministre le 14 mars).

Ces différents projets sont bien évidemment marqués par la "méthode de Robien" :
- le retour à un enseignement "à l’ancienne" (comme la moutarde) ;
- la suspicion et le doute jetés sur le travail des enseignants (pour le plus grand bonheur des groupuscules extrémistes) ;
- l’absence totale de concertation et de dialogue avec les professionnels que sont les enseignants, avec les syndicats qui les représentent, avec les partenaires de l’école, avec les chercheurs des domaines concernés…

Ainsi, les élèves feront du calcul mental dès le CP, manière d’affirmer qu’avant De Robien, ces incapables d’enseignants n’en faisaient pas. Ainsi la circulaire sur la grammaire précise que les exercices et dictées devront être "soigneusement corrigés par le maître", car l’enseignant, c’est bien connu, n’aime rien tant que de bâcler ses corrections. Ainsi, le projet sur les EPEP a été refusé par le Conseil supérieur de l’éducation (CSE) à l’unanimité moins une voix (celle du MEDEF). Ainsi, la modification des programmes qui doit passer devant le CSE le 22 mars prochain, n’a donné lieu à aucune concertation avec les syndicats qui n’ont d’ailleurs reçu aucune information du ministère.

Les observateurs voient dans ce stakanovisme la crainte du ministre de ne pas retrouver son poste quelque soit le résultat des élections et la volonté de celui-ci de paufiner son image personnelle auprès des secteurs les plus réactionnaires de son électorat. Cette opération politique, doublée d’une stratégie personnelle, se construit malheureusement sur le dos de l’Éducation Nationale, de ses usagers (nos élèves) et de ses personnels.

On retiendra du piètre passage de G. de Robien à l’Éducation Nationale sa volonté de jeter le discrédit sur les enseignants et la pédagogie pratiquée par ceux-ci, son goût pour les positions démagogiques, ses penchants pour les raccourcis simplistes et ses recours à la désinformation, son appétance à surfer sur les peurs des parents d’élèves et "l’insécurité scolaire"…

Pour autant, son probable remplacement prochain au ministère ne doit pas nous faire oublier les tendances lourdes que nous observons depuis quelques années : les budgets qui ne permettent pas à l’Éducation Nationale de remplir ses missions, la volonté de réduire les postes, la précarisation de certains emplois qui correspondent pourtant à des besoins pérennes, les tentatives pour favoriser l’enseignement privé ou pour introduire les entreprises en milieu scolaire…

Il nous reviendra de faire vivre ces problématiques pour défendre d’autres solutions et les valeurs que nous portons [1] : l’exigence de la réussite de tous et non la réduction des exigences pour certains, ne pas baisser les bras face aux déterminismes sociaux par la revendication d’une égalité réelle devant la formation, l’ambition de former les citoyens de demain par l’acquisition de savoirs, d’une culture et d’un esprit critique, lutter contre les échecs scolaires et les "incivilités" en faisant le pari du travail éducatif et de l’autorité fondée sur le respect, etc [2]

[1] À cet égard, l’appel L’éducation, patrimoine de notre société signé par un collectif d’associations et de syndicats, dont la FSU, permet de poser un premier cadre de réfléxion.

[2] cf. les propositions du SNUipp : L’école c’est pour tout le monde.

 

20 visiteurs en ce moment

*Top

SNUipp-FSU Aveyron :

- 8 rue de Vienne, les Corniches de Bourran 12000 RODEZ
- Tél : 05.65.78.13.41
- mèl : snu12@snuipp.fr

Permanences :
- Lundi, Mardi, Mercredi, Jeudi, Vendredi les ap.m.
- Mardi, Mercredi, Jeudi les matinées.

Sur Facebook : plan et photos SNUipp-FSU12


©Copyright 2006 - SNUipp-FSU Aveyron, tous droits réservés.