www.snuipp.fr

SNUipp-FSU Aveyron

Thèmes abordés


Vous êtes actuellement : Actu, Infos et Journaux  / SNUipp-Infos 

fontsizeup fontsizedown {id_article} impression s'abonner  à la rubrique {} syndiquer le forum
26 mars 2007

SNUInfos - 26/03/07 - Bases Elèves / Lettre ouverte

Base Elèves : le retour L’inspecteur d’académie a écrit aux écoles le 19/03. Il fait montre d’une insistance certaine à propos de Base Elèves. Voici le courrier que nous lui avons adressé le 22 mars. Lettre ouverte d’un instit à tous ceux qui ne veulent pas de cette France d’après.

Base Elèves : le retour.

L’inspecteur d’académie a écrit aux écoles le 19/03. Il fait montre d’une insistance certaine à propos de Base Elèves. Voici le courrier que nous lui avons adressé le 22 mars.

M. l’Inspecteur d’Académie,

Vous avez adressé aux écoles de l’Aveyron un nouveau courrier pour inciter les directrices et directeurs d’écoles à s’inscrire dans la mise en place de base élèves 1er degré.

Le SNUipp12 déplore que vous n’ayez pas rappelé que cette démarche reste du domaine du volontariat.

Pour le SNUipp, base élèves n’est pas un simple outil de gestion.

Vous avez que le SNUipp continue à porter un mot d’ordre de boycott de base élèves et que, pour les écoles déjà engagées, nous appelons à neutraliser certains champs (nationalité, absentéisme, suivi RASED). Nous nous devons de vous rappeler que les directrices et directeurs n’étant, fort heureusement, pas habilités à demander les papiers d’identité aux parents, ils ne peuvent donc remplir le champ nationalité. Le SNUipp confirme son mot d’ordre dont la nécessité est aujourd’hui renforcée quand on sait que le ministère de l’éducation n’a apporté aucune réponse à nos demandes de modifications qui apporteraient des garanties sur les nombreux problèmes que soulève l’utilisation de ce logiciel. Le SNUipp est d’autant plus inquiet que nous avons pu observer que les arrestations d’enfants sans papier sont nettement moins fréquentes dans les écoles que dans le 2nd degré où existe déjà une base élèves.

Par ailleurs, le SNUipp conteste que base élèves puisse être une réponse aux demandes d’allègement des tâches des directeurs comme vous l’écrivez. Il n’est qu’à voir, alors même que le nombre d’écoles engagées dans l’expérience reste très limité, les difficultés créées d’ores et déjà par le serveur dont la stabilité n’est guère assurée. De même, vous connaissez les difficultés de gestion de l’informatique dans les écoles, les vicissitudes de connexion, ou la complexité du dialogue avec les maires dans certaines communes.

Pour toutes ces raisons, le SNUipp appellera à nouveau les personnels à pas s’impliquer dans base élèves et refuser de collaborer à une expérience dont personne ne peut garantir l’innocuité.


Lettre ouverte d’un instit à tous ceux qui ne veulent pas de cette France d’après.

Depuis quelques temps circule sur Internet une photo où l’on voit, sagement rangée sous la bannière « UMP : Imaginez la France d’après », une brochette impressionnante de CRS. L’évidence du télescopage du slogan avec son illustration policière faisait sourire, comme un pied de nez au battage médiatique.

Je ne souris plus aujourd’hui.

Comment aurions-nous pu imaginer que l’on puisse garder à vue une enseignante parce qu’elle a tenté de protéger des enfants, ses élèves ?

Ce qui est arrivé à notre collègue de l’école maternelle Rampal à Paris, pourrait nous arriver à tous : aucun de nous ne laisserait des enfants sous les lacrymogènes. Nul besoin d’y réfléchir, c’est un réflexe : secourir les enfants. Nul besoin d’être engagé pour faire ce qu’à fait notre collègue : ouvrir les portes de son école pour soustraire les enfants aux gaz. Nul besoin d’être enragé alors pour hurler sa révolte devant la violence des forces de l’ordre.

J’en connais beaucoup des directrices d’école, je les vois : toutes, sans exception, auraient fait la même chose.

Je sais que tous en apprenant cette nouvelle nous avons eu la même incompréhension face à ces violences : des fouilles au corps, des rafles et des gaz devant une école, au milieu d’enfants de maternelle, et une directrice en garde à vue pour avoir fait ce qui n’a nul besoin d’être inscrit dans la longue liste de nos missions d’enseignants.

Ce qui est reproché à notre collègue, est-ce d’avoir cru que son travail, son devoir ne s’arrête pas aux portes de l’école ? Est-ce d’avoir imaginé que comme citoyenne elle ne pouvait laisser faire ? Ou bien est-ce le réflexe d’humanité qu’on lui reproche ?

Notre collègue directrice est ressortie du commissariat. Je veux ici la saluer et lui dire que non, décidément, on ne veut pas de leur France d’après.

Notre France, c’est celle qu’ils cherchent à disperser à grands déploiements des forces d’un ordre inacceptable, celle qui ne devrait rien avoir à craindre des gardiens de la paix.

Notre France, c’est celle qui revendique le droit à l’éducation pour tous.

Notre France, c’est celle qui ne s’accoutume pas de la chasse aux plus faibles, celle qui résiste…

Pourquoi faut-il qu’à quelques jours du décès de Lucie Aubrac, ce beau mot « résister » paraisse d’un coup contenir tant de fraternité opposée à tant de banale violence ?

Dans quelques semaines, nous ne manquerons pas l’occasion de faire le choix du refus de la violence mais les intérêts qu’elle sert sont si puissants que nous devrons continuer notre résistance et ce, soyons-en persuadés, quelle que soit la nouvelle donne.

Jean-Luc Tornero


Sur le site 12.snuipp.fr

Communiqué de Presse du SNUipp : SANS-PAPIER, DIRECTRICE SANCTIONNEE

Permutations Informatisées - Statistiques

Des éléments de réflexion à propos des « leçons de mots » de l’inénarrable Robien : Et maintenant le vocabulaire !

Et toujours la pétition anti –EPEP - A télécharger sur le site 12.snuipp.fr

 

Répondre à cet article

 

32 visiteurs en ce moment

*Top

SNUipp-FSU Aveyron :

- 8 rue de Vienne, les Corniches de Bourran 12000 RODEZ
- Tél : 05.65.78.13.41
- mèl : snu12@snuipp.fr

Permanences :
- Lundi, Mardi, Mercredi, Jeudi, Vendredi les ap.m.
- Mardi, Mercredi, Jeudi les matinées.

Sur Facebook : plan et photos SNUipp-FSU12


©Copyright 2006 - SNUipp-FSU Aveyron, tous droits réservés.