www.snuipp.fr

SNUipp-FSU Aveyron

Thèmes abordés


Vous êtes actuellement : Actions 

fontsizeup fontsizedown {id_article} impression s'abonner  à la rubrique {} syndiquer le forum
17 octobre 2007

CDEN du 16 OCTOBRE 2007 : DECLARATION DES ORGANISATIONS FSU, SGEN-CFDT, UNSA-éducation

Nos organisations FSU, SGEN-CFDT, UNSA-éducation ont eu l’occasion de le dire lors du précédent CDEN : cette rentrée scolaire 2007 n’est bonne ni en Aveyron, ni ailleurs en France. Des éléments avancés alors , nous retiendrons

  des élèves de plus en plus nombreux dans nos classes élémentaires ;

  l’ école maternelle maltraitée avec parfois des taux d’encadrement aberrants (jusqu’à 30 élèves par classe) et le refus de prendre en compte les enfants de 2 ans, ce qui pour nous représente un recul historique pour l’école aveyronnaise ;

  une formation insuffisante : les enseignants seront-ils bientôt les seuls salariés de ce pays à ne pas bénéficier d’une formation continue ?

  Pour le 2nd degré, le compte n’y est pas en ce qui concerne les décrets de 50 : tous les ETP n’ont pas été rendus, ce qui conduit à une augmentation du nombre de TZR affectés sur deux voire trois établissements. lls deviennent une simple variable d’ajustement dans le déni de leurs missions pédagogiques : leurs fortes contraintes d’emplois du temps retentissent d’une part sur leur possibilité d’investissement dans un établissement et d’autre part sur les élèves eux-mêmes par le cumul des heures d’enseignement sur une même journée pour une même discipline.

La situation de l’EREA de Villefranche nous interpelle particulièrement avec la suppression de moyens effectuée dans cet établissement quelques semaines après la rentrée. .Au regard de la baisse des effectifs, il peut paraître juste et équitable d’envisager des suppressions de moyens . Il reste que cela fait plusieurs années que l’on constate des difficultés en matière de prévisions et apprendre après la rentrée que des postes vont être supprimés n’est pas une bonne chose pour l’établissement, l’organisation pédagogique est bouleversée. L’internat éducatif à lui seul nécessite une attention particulière et aurait dû constituer un frein à la décision de fermeture. En tout état de cause, les mesures ont été prises sans être discutées au fond en CTP et en CDEN : l’établissement est ainsi soumis une nouvelle fois à un ébranlement préjudiciable sans que les difficultés de prévisions d’effectifs soient abordées.

Plus généralement , cette rentrée est bien dans le prolongement de celles que nous connaissons depuis 2003 comme elle annonce celle de 2008 : les suppressions massives de postes prévues (11 200 qui s’ajoutent aux milliers déjà subies) vident de sa substance le service public d’éducation avec encore moins de classes, de sections, d’options et d’aide aux élèves en difficulté.

L’avenir des enfants d’aujourd’hui, leur formation de citoyen et leur insertion professionnelle se jouent dès le plus jeune âge en maternelle, ils se jouent dans des classes moins chargées, ils se jouent dans un collège pour tous, ils se jouent dans la proximité gage d’accessibilité, ils se jouent dans la mise en oeuvre de pédagogies et d’organisations prenant en compte la personnalité de chaque élève.

C’est ce défi que doit relever le Service Public d’Éducation, parce qu’il est le seul à pouvoir le faire, pour tous, et pas seulement pour les plus favorisés ou les plus « méritants ».

« Égalité des chances » ou « ambition-réussite », ces grands mots, tout comme les polémiques stériles sur les méthodes d’enseignement, ne peuvent tenir lieu de politique de transformation démocratique de l’École.

Au contraire, supprimer des milliers de postes, réduire l’offre d’enseignement pour tous, libéraliser la carte scolaire pour laisser se développer des ghettos scolaires, jouer la concurrence entre établissements, annoncer un collège éclaté, favoriser l’école privée en facilitant son financement et en favorisant ses dotations en postes, c’est menacer gravement le service public.

En Aveyron comme ailleurs en France , nos enfants ont besoin d’un service public de qualité et de proximité, gage d’égalité, de vie dans nos villages et de solidarité dans nos villes. Ils ont besoin d’un système éducatif qui sache où il va et qui ne doit se contenter d’annonce à la petite semaine telle celle sur la suppression de trois heures de cours en primaire. Ils ont besoin d’une véritable ambition éducative pour faire avancer notre École publique en mettant au coeur la réussite de tous les jeunes : pour cela, d’autres choix, un autre budget, une autre politique sont nécessaires.

 

Répondre à cet article

 

19 visiteurs en ce moment

*Top

SNUipp-FSU Aveyron :

- 8 rue de Vienne, les Corniches de Bourran 12000 RODEZ
- Tél : 05.65.78.13.41
- mèl : snu12@snuipp.fr

Permanences :
- Lundi, Mardi, Mercredi, Jeudi, Vendredi les ap.m.
- Mardi, Mercredi, Jeudi les matinées.

Sur Facebook : plan et photos SNUipp-FSU12


©Copyright 2006 - SNUipp-FSU Aveyron, tous droits réservés.