www.snuipp.fr

SNUipp-FSU Aveyron

Thèmes abordés


Vous êtes actuellement : Actu, Infos et Journaux  / SNUipp-Infos 

fontsizeup fontsizedown {id_article} impression s'abonner  à la rubrique {} syndiquer le forum
17 janvier 2008

SNUInfos 17.01.2007 : Des précisions sur ce que vont devenir les 25, 26 et 27èmes heures. DONNEZ VOTRE AVIS

Important donnez votre avis ! SUPPRESSION DU SAMEDI (25ème, 26ème et 27ème heures)

VOS RÉPONSES AVANT LE 23 JANVIER Le questionnaire sur l’utilisation des heures du samedi est à remplir en page 4 du "Fenêtre sur cours".

Vous pouvez également répondre directement par internet en vous connectant sur notre site ou le renvoyer au SNUipp National, 128 avenue Blanqui, 75 013 Paris.

Pour sa part, le Conseil Syndical du SNUipp/FSU12 réuni le mardi 15 janvier 2008 considère que les propositions ministérielles représentent un marché de dupes.

Nous devons réaffirmer notre volonté :

-  de voir le temps de concertation augmenter considérablement pour aller vers un service organisé avec 24 heures d’enseignement plus 3 heures de concertation,

-  d’obtenir des garanties concernant le maintien et le développement des RASED et l’assurance que la question des RASED ne soit pas traitée séparément de ce dossier.

Le texte ministériel, en l’état, ne peut donner l’illusion d’un allègement de la charge de travail : repérage, PPRE, évaluations, relations avec les parents… Il y a risque de stigmatisation des élèves en difficulté, la prise en charge de la difficulté scolaire ne peut se faire en dehors de l’horaire scolaire et surtout de manière frontale entre l’élève et l’enseignant qui se voient toute la journée. Le risque est grand d’assister partout à des études dirigées masquées. Si le rôle du conseil des maîtres est affirmé, on peut parier que la régulation se fera quand même par l’IEN.

Le SNUipp doit réaffirmer ses objectifs de transformation de l’école, avec la revendication concernant la mise en place de maîtres supplémentaires et l’augmentation du temps de concertation et son refus des 23 propositions de Darcos qui préparent l’ouverture du service public au marché.

Si le SNUipp n’obtient aucune de ces assurances il est inutile de prolonger notre participation aux discussions.

Afin que l’ensemble des collègues puissent se faire une idée de l’avancée des discussions nous publions ci-dessous le document de travail qui sera soumis à discussion par le Ministère lors de la prochaine séance de consultation des organisations syndicales.

Texte Ministériel : Aide aux élèves rencontrant des difficultés d’apprentissages à l’école primaire

Principes généraux

La durée de l’enseignement scolaire dans le premier degré est fixée à 24 heures hebdomadaires dispensées à tous les élèves auxquelles s’ajoutent 2 heures d’enseignement au maximum pour les élèves rencontrant des difficultés dans leurs apprentissages. Ces deux heures viennent renforcer l’action des maîtres et la différenciation pédagogique qu’ils mettent en œuvre dans la classe avec, le cas échéant, la participation d’autres maîtres, notamment les enseignants spécialisés des RASED.

Par ailleurs, le service des enseignants est de 27 heures hebdomadaires dont 24 heures d’enseignement à tous les élèves et 3 heures (108 heures annuelles) spécifiquement consacrées à l’aide aux élèves rencontrant des difficultés d’apprentissage, aux travaux au sein des équipes pédagogiques, aux relations avec les partenaires de l’école, ainsi qu’à des actions de formation.

Cette aide est prioritaire et nécessite une identification précise des élèves concernés, une méthodologie adaptée, une nouvelle organisation du temps d’enseignement aux élèves ainsi qu’une nouvelle organisation du travail des enseignants.

1. Le repérage des difficultés des élèves :

Conformément aux règles habituelles :
- le maître de la classe effectue le premier repérage dans le cadre de l’évaluation du travail scolaire des élèves ;

- le conseil des maîtres prend les décisions et organise les aides ;

- l’IEN valide les décisions prises et assure la régulation au niveau de la circonscription.

Pour ce travail, les enseignants disposent :

- des programmes du premier degré, références en matière de connaissances et de compétences à atteindre à chaque niveau ;

- d’outils personnels, de banques d’outils, mis en œuvre dans chaque classe avec l’appui du conseil de cycle ;

- des évaluations nationales, références précises à des moments clé de la scolarité.

2. Les dispositifs d’aides

Il s’agit de proposer une réponse adaptée à chaque élève, prenant la forme d’un Programme Personnalisé de Réussite Educative. A l’école maternelle, d’autres formes seront proposées.

Il n’y a pas de dispositif national unique, l’instance la mieux à même d’élaborer un dispositif adapté est le conseil des maîtres qui prendra appui, le cas échéant, sur l’équipe éducative.

Le maître de la classe, dans le cadre de l’équipe pédagogique de l’école, met en œuvre les aides et en assure la coordination lorsqu’il ne les conduit pas entièrement lui-même.

Il s’appuie pour cela sur l’ensemble des moyens disponibles. Le premier de ces moyens est la différenciation pédagogique dans la classe pendant les 24 heures d’enseignement dues à tous les élèves. Pour la renforcer, notamment dans l’éducation prioritaire, le maître peut être aidé, par les enseignants spécialisés, les maîtres surnuméraires, les autres maîtres de l’école dans le cadre d’échanges de services ou d’horaires décalés.

Les élèves qui ont besoin d’aides complémentaires, peuvent bénéficier de deux heures d’enseignement au-delà de ces 24 heures hebdomadaires.

Chaque conseil des maîtres définit, dans le projet d’école, un volet d’aide qui prévoit : le repérage des élèves, les modalités d’aides mises en place, l’évaluation de leurs effets en terme de progrès des élèves. Ces modalités peuvent évoluer au cours de l’année.

Ce volet du projet d’école sera présenté au conseil d’école et validé selon les procédures habituelles.

Le cas échéant, il prévoira, en relation avec les collectivités territoriales, l’articulation avec l’accompagnement éducatif.

La mise en place des dispositifs d’aide peut également amener à rechercher un fonctionnement sur 9 demi-journées.

3. L’implication des parents

Le dialogue avec l’enfant et ses parents est indispensable pour identifier les points d’appui permettant de conduire une action d’aide positive et efficace, pour mieux comprendre les raisons d’une difficulté qui peut n’être que passagère, pour engager chacun dans un processus de réussite scolaire.

Un emploi de temps pour chacun des élèves concernés, sera présenté aux parents.

L’adhésion des parents doit être systématiquement recherchée.

4. L’organisation du travail des enseignants

Au-delà des 24 heures hebdomadaires d’enseignement à tous les élèves, les 108 heures annuelles que doivent effectuer les enseignants sont réparties, selon les modalités suivantes :

- 20 heures de travaux en équipes pédagogiques et relations avec les parents ;

- 14 heures de formation ;

- 6 heures de conseil d’école obligatoire ;

- 68 heures consacrées à des actions directes auprès des élèves concernés. Dans le cas où ces actions ne mobiliseraient pas tout ce temps pour un enseignant ou tous les maîtres de l’école, les heures disponibles seront consacrées, soit à des études dirigées, soit à renforcer le temps de formation hors de la présence des élèves.

A l’école maternelle, les deux heures, comme les autres dispositifs de la prévention de la difficulté scolaire, sont centrées sur la première des priorités de cette école : la maîtrise orale de la langue française. Les enseignants d’école maternelle peuvent être amenés à intervenir auprès d’élèves du cycle des apprentissages fondamentaux à l’école élémentaire.


Concours de la pire provocation (suite)

Déjà loin devant, le Président de la République tente d’accroître son avance, pour cela il n’hésite pas à aller défendre sa « pensée » au cœur peut-être du royaume le moins laïque, sinon le moins progressiste, du monde.

"… Dieu transcendant qui est dans la pensée et dans le cœur de chaque homme. Dieu qui n’asservit pas l’homme mais qui le libère. Dieu qui est le rempart contre l’orgueil démesuré et la folie des hommes. Dieu qui par-delà toutes les différences ne cesse de délivrer à tous les hommes un message d’humilité et d’amour, un message de paix et de fraternité, un message de tolérance et de respect. …"

Allocution du Président de la République devant le Conseil Consultatif - Ryad - Arabie Saoudite. Cf. http://www.elysee.fr/documents/index.php ?mode=cview&press_id=819&cat_id=7&lang=fr

Qu’on nous entende bien, il peut croire, chacun peut avoir ou non, ses croyances. Mais le Président de la République est le garant de la Constitution qui est celle d’une République laïque. L’Etat n’a pas à croire ou à ne pas croire à la place de chacun de nous.

*Sur le site 12.snuipp.fr, vous trouverez d’autres références à ce débat rassemblées sous le titre : « Laïcité en danger ». N’hésitez pas à intervenir.


24 janvier : tenez nous au courant de la participation à la grève dans votre école.


CAPD du 17 janvier :

Ordre du jour : avancement, validations des candidatures aux permutations. Des infos par tél (05.65.43.40.11), sur le site (infos non nominatives), par mèls (à condition que le SNU connaisse votre adresse…).

 

Répondre à cet article

2 Messages de forum

  • On the other hand, Canadian brand names like Rudsak cheap moncler sale additionally began to explore the convenience of down. By minimizing a few of the excess smoke around the waist and sleeves, the Montreal-based business could use an underserved niche, states advertising supervisor Roxane Liboiron. "The body was obtaining shed for several years," she explains. "Women want outerwear to be lovely and trendy however at uk moncler outlet same time comfortable as well as warm." As a Canadian firm, she adds, Rudsak was well-positioned to tweak traditional parkas since "we understand our markets and also demands ; we know just what it’s like to moncler outlet undergo winter.".Even Canada Goose, typically thought about the gold requirement in tough, expedition-worthy outerwear, recognizes what a massive market there is for figure-flattering parkas as well as vests in colours beyond basic http://www.monclerjacketsdiscount.co.uk black and also fire-engine red.

    Répondre à ce message

  • Au cours du développement de la montre

    21 novembre 2017 13:38, par jingboo
    Au cours du développement de la montre, les problèmes de puissance ont toujours été très importants, l’invention du mouvement automatique, replique montre fondamentalement, est de garder la montre motivée et pas fréquente sur la chaîne. Au début des montres, le pouvoir est d’environ un jour, donc chaque jour sinueux, et ensuite développé à notre familier 36 heures, 42 heures, 48 ​​heures, jusqu’à maintenant très commun 72 heures et 80 heures. La demande de puissance est accrue parce que le rôle de la montre dans la vie a changé. À l’ère des outils qu’il utilise pour regarder le temps, les gens portent des montres tous les jours et développent l’habitude de s’enrouler à une heure fixe. En raison de la limite de niveau Bvlgari Montre technique, donc généralement seulement un ou deux jours de pouvoir. Aujourd’hui, la montre est une sorte de "jouet premium". Nous n’avons plus besoin de le porter tous les jours. Par conséquent, la motivation est devenue une nouvelle demande. J’espère que l’on peut encore s’en aller quand la Hublot Montres est usée rarement. Chaque fois que vous prenez le temps, plus de problèmes. Par conséquent, la motivation Zhou est devenu un certain nombre de développement de l’usine de montres de nouvelles catégories de direction

    Répondre à ce message

 

9 visiteurs en ce moment

*Top

SNUipp-FSU Aveyron :

- 8 rue de Vienne, les Corniches de Bourran 12000 RODEZ
- Tél : 05.65.78.13.41
- mèl : snu12@snuipp.fr

Permanences :
- Lundi, Mardi, Mercredi, Jeudi, Vendredi les ap.m.
- Mardi, Mercredi, Jeudi les matinées.

Sur Facebook : plan et photos SNUipp-FSU12


©Copyright 2006 - SNUipp-FSU Aveyron, tous droits réservés.