www.snuipp.fr

SNUipp-FSU Aveyron

Thèmes abordés


Vous êtes actuellement : Actu, Infos et Journaux  / Infos Nationales  / Dossiers 

fontsizeup fontsizedown {id_article} impression s'abonner  à la rubrique {} syndiquer le forum

Dans la même rubrique

31 janvier 2008

Rapport Attali

Note de la rédaction : Il nous a paru intéressant de mettre en avant l’excellente analyse du pédagogue Philippe Meirieu sur le rapport Attali. Nous apprécions particulièrement la dernière phrase.

A la fin de l’article, un lien vers le bloc note sur le site du chercheur vous permettra également d’y lire une interview sur le journal l’Humanité.

Un lien vous conduira également sur le site du Café Pédagogique et l’analyse de Robert Giordan, professeur à l’Université de Genève sur les implications au niveau de l’école du Rapport Attali.

Enfin, vous pourrez accéder à la position de la FSU et bien sûr au rapport en lui même dont la lecture de certains passages rappellent les bouquins de Science-fiction des années 50 nous dépeignant un futur atroce et horrible : nous sommes dans le futur !

Entre ce futur et les relents de pétainisme ambiant, c’est fromage et dessert : il est urgent que le peuple se réveille.


Le rapport remis par Jacques Attali sur les moyens de relancer la croissance doit faire l’objet d’un examen critique approfondi. Des groupes de réflexion comme La Forge en ont produit une "contre-expertise" particulièrement intéressante. Globalement, nous assistons bien à la liquidation radicale (prônée ici par un « homme de gauche ») d’un modèle du « bien commun » fondé sur le débat démocratique et l’engagement de l’État comme expression de la volonté nationale. C’était le modèle du Conseil National de la Résistance dont la droite libérale appelle à se débarrasser depuis maintenant plusieurs années. Il est remplacé par le modèle bien plus archaïque – et qu’on veut nous faire passer pour « moderne » - de Guizot : « Enrichissez-vous ! ». On prend acte de la montée des individualismes et de la confrontation des intérêts particuliers et on joue sur ceux-ci pour produire des effets d’enrichissements individuels censées créer miraculeusement la croissance nationale. En cherchant à résoudre ses problèmes immédiats et en courant après son propre profit, l’homme « moderne » ferait progresser un pays réduit à la juxtaposition des richesses individuelles. Le collectif dans sa spécificité est ramené à la somme des agitations personnelles et corporatistes : on fait l’hypothèse qu’en faisant monter les tensions sociales, au sein des groupes (puisqu’il faut toujours « s’en sortir » mieux que les autres et contre les autres) et entre les groupes (identifiées comme consubstantiellement concurrents), on crée du développement cohérent. C’est, évidemment, confondre le développement avec l’effervescence, la détermination avec la fermentation, la volonté avec la nervosité… la pensée réfléchie et le débat démocratique avec un talk-show où le bon mot fait fonction de preuve et le best of de consécration universelle… C’est oublier le projet démocratique lui-même, c’est abandonner, au sens propre, la République : la chose publique.

Sur le plan éducatif, ce rapport reprend et développe l’essentiel des préconisations et réformes des gouvernements successifs depuis six ans (socle commun avec une orientation encore plus « fonctionnelle », suppression de la carte scolaire, développement d’une « culture de l’évaluation » systématique, etc.). Il préconise aussi un enseignement de l’économie plus développé et plus précoce que celui qui existe actuellement ; mais il s’agit bien, ici, d’économie et non de « sciences économiques et sociales », selon la dénomination qui existe aujourd’hui et qui se voit, semble-t-il, amputée d’une sociologie perçue sans doute comme trop critique.

En réalité, le rapport Attali conforte un mouvement de libéralisation-technicisation de l’enseignement actuellement largement en cours. Libéralisation, car on confond l’institution publique avec un service qui doit satisfaire les intérêts à court terme des usagers, au détriment de ses valeurs spécifiques. Technicisation car, dès lors qu’on abandonne les finalités de l’École de la République – indissociablement instruction et émancipation -, il ne reste plus qu’un ensemble de mécanismes de contrôle produisant les « indicateurs » permettant aux clients de se déterminer et à la puissance publique de renforcer les inégalités en subventionnant ceux qui ont les meilleures performances…

On veut croire que ce mouvement n’est pas irréversible et espérer qu’il provoquera un salutaire sursaut…


Le Bloc-Notes de Philippe Meirieu

L’analyse d’André Giordan sur le Café pédagogique

La position de la FSU

Le rapport Attali

 

Répondre à cet article

1 Message

  • Rapport Attali

    17 août 2017 09:14, par Yean123
    This specific Christian Louboutin style of shoes, which as popular today as it was then, has actually been around for many centuries. Due to the fact that there are so many locations to shop for Christian Louboutin, discovering a wonderful set has never ever been simpler. However, when you desire a pair of Christian Louboutin, you need to think of where you’ll be using them, what kind you favor and what does it cost ? you can pay for to invest in them. As you look for the excellent set of Christian Louboutin, maintain the following pointers in mind that however is interviewed by way of vogue press reporters along with Jacques Brunel, has actually seen his celeb establish that will certainly such locations along http://www.christianlouboutinshop.org.uk the lines of Monte Carlo, Singapore incorporated with countries, in between many others.

    Voir en ligne : www.christianlouboutinshop.org.uk

    Répondre à ce message

 

30 visiteurs en ce moment

*Top

SNUipp-FSU Aveyron :

- 8 rue de Vienne, les Corniches de Bourran 12000 RODEZ
- Tél : 05.65.78.13.41
- mèl : snu12@snuipp.fr

Permanences :
- Lundi, Mardi, Mercredi, Jeudi, Vendredi les ap.m.
- Mardi, Mercredi, Jeudi les matinées.

Sur Facebook : plan et photos SNUipp-FSU12


©Copyright 2006 - SNUipp-FSU Aveyron, tous droits réservés.