www.snuipp.fr

SNUipp-FSU Aveyron

Thèmes abordés


Vous êtes actuellement : Actu, Infos et Journaux  / SNUipp-Infos 

fontsizeup fontsizedown {id_article} impression s'abonner  à la rubrique {} syndiquer le forum
5 février 2008

SNUInfos 05.02.2008 : Pochard : Indigent, Sourd, Gestionnaire… Une véritable provocation.

Commission Pochard : un rapport indigent sur le premier degré ! Communiqué du SNUipp

Comment peut-on sérieusement tenter de tracer les contours des évolutions de la fonction et du métier d’enseignant dans les décennies à venir sans se pencher sur les 360 000 enseignants des écoles qui exercent de la toute petite section de maternelle au CM2 ? C’est pourtant ce qui ressort du rapport de la commission présidée par M. Pochard.

Le rapport rappelle des éléments connus sur la situation des écoles : « les conditions d’enseignement dans le premier degré en France sont en revanche parmi les moins favorisées en Europe » et « le nombre moyen d’élèves par enseignant est nettement supérieur à la moyenne de l’OCDE pour le pré-primaire (18,8 contre 14,8) et le primaire (19,4 contre 16,9) ». Il précise également que « la rémunération brute moyenne des enseignants du premier degré s’élève à 1900 euros et celle des enseignants du second degré à 2700 euros. ». Pour autant le rapport ne dégage aucune piste pour pallier cette situation et assurer une meilleure réussite des élèves.

De même il n’effectue aucun bilan approfondi de la création du corps des professeurs des écoles créé en 1990 et de la volonté d’assurer, à partir d’un même niveau de recrutement et du même déroulement de carrière, un rapprochement entre les enseignants des écoles, des collèges et des lycées.

La commission semble ignorer les multiples aspects des missions des enseignants des écoles. La complexité du métier de professeur d’école se décline non seulement autour de la maîtrise de la polyvalence et de l’amplitude d’âge du public visé (2 à 11 ans, sans compter les enseignements dans les classes spécialisées du collège), mais aussi de la multiplicité des tâches auxquelles les enseignants sont confrontées : évaluation, remédiations, relations aux familles, surveillance et sécurité des élèves, participation aux équipes éducatives…. En matière d’affectation des nouveaux enseignants sur des postes difficiles, elle n’a pas permis d’étudier les dispositifs mis en place dans plusieurs départements et n’a pas formulé de propositions pour améliorer l’attractivité de ces postes.

L’exigence de temps pour le travail en équipe n’a pas été prise en compte. La diversité des fonctions : adjoints, directeur, psychologue scolaire, maître spécialisé, enseignant référent, conseiller pédagogique, maître formateur, directeur de SEGPA qui amènent les professeurs des écoles à intervenir dans les écoles mais aussi dans les SEGPA des collèges et dans les IUFM … ne font l’objet d’aucune étude. Les propositions « conforter l’accès à la hors classe », recréer les « allocations d’IUFM », accélérer les débuts de carrière, attribuer des d’heures supplémentaires ou encore instituer une « dotation » de premier équipement ne peuvent, à elles seules, répondre au problème de la revalorisation des carrières enseignantes.

En l’état, le rapport de la commission Pochard ne peut constituer une base de discussion pour l’évolution de la fonction et du métier d’enseignant du premier degré.

Paris, le 04 février 2008

Communiqué de la FSU : Une véritable provocation

Fondé sur des a priori gestionnaires et raisonnant dans un cadre budgétaire contraint, le rapport présenté par la commission Pochard ne répond en rien aux attentes des personnels en matière d’amélioration de leurs conditions de travail et de revalorisation ; au contraire, par bien des aspects, il constitue une véritable provocation en allant au rebours des besoins des métiers de l’éducation, des revendications des personnels et des exigences d’un service public d’éducation pour la réussite de tous les jeunes.

Il fait l’impasse sur l’ensemble des enseignants du premier degré et se concentre quasi exclusivement sur ceux de second degré. Il ignore également l’existence des autres personnels de l’équipe pluri-professionnelle. Il fait en outre l’impasse sur les personnels précaires.

C’est ainsi qu’il propose un redécoupage des activités en ignorant à la fois ce qui fait l’unité et la complexité du métier et la nécessité de libérer du temps pour mieux travailler ; Pour les enseignants de collège, il remet en cause la nécessaire maîtrise des disciplines enseignées en proposant de développer une bivalence que refusent massivement les personnels ; caricaturant la réalité en matière de rémunération et de carrière, il prône une individualisation et une concurrence accrues qui non seulement risquent de développer l’arbitraire mais vont à l’encontre des besoins d’un travail plus collectif et plus solidaire ; cela va de pair avec l’accroissement de l’autonomie des établissements qui, dans un contexte de concurrence entre établissements et de réduction des moyens, fait courir le risque d’un système éducatif encore plus inégalitaire.

En dehors de quelques pistes circonscrites (comme celle de pré-recrutements), la commission semble avoir été sourde à ce que lui ont dit les représentants des personnels ; par exemple, le rapport ne prend pas en compte les transformations du métier d’enseignant et ne formule aucune proposition notamment en matière de développement du travail en équipe.

Ce rapport ne peut servir de base à une négociation sur la revalorisation du métier tant il est hors sujet. La FSU souhaite que le ministre de l’Education Nationale en prenne conscience et ouvre enfin de vraies négociations prenant en compte les attentes des personnels et les propositions de leurs représentants dans l’intérêt du service public et donc des jeunes.


LA PETITION NATIONALE : NOS ENFANTS SONT FICHES, NE NOUS EN FICHONS PAS à l’appel des organisations FSU, CEMEA, CGT, Confédération syndicale des familles (CSF), FERC-CGT, Ligue de l’enseignement, Ligue des droits de l’Homme, SNES, SNUipp, Sud Education, Sundep-Solidaires, Union Syndicale Solidaires, UNSEN CGT peut être signée en ligne à l’adresse : http://www.nosenfantssontfiches.org/phpPetitions/index.php Signez, faites signer cette pétition par les collègues, les parents, les élus.

 

Répondre à cet article

 

19 visiteurs en ce moment

*Top

SNUipp-FSU Aveyron :

- 8 rue de Vienne, les Corniches de Bourran 12000 RODEZ
- Tél : 05.65.78.13.41
- mèl : snu12@snuipp.fr

Permanences :
- Lundi, Mardi, Mercredi, Jeudi, Vendredi les ap.m.
- Mardi, Mercredi, Jeudi les matinées.

Sur Facebook : plan et photos SNUipp-FSU12


©Copyright 2006 - SNUipp-FSU Aveyron, tous droits réservés.