www.snuipp.fr

SNUipp-FSU Aveyron

Thèmes abordés


Vous êtes actuellement : Actu, Infos et Journaux  / SNUipp-Infos 

fontsizeup fontsizedown {id_article} impression s'abonner  à la rubrique {} syndiquer le forum
15 avril 2008

SNUInfos 15.04.2008 : POUR L’ÉCOLE et ses PERSONNELS : Dans l’action les 15 et 24 mai. TOUS À PARIS le 18 !

MOUVEMENT :

Vous pourrez contacter le SNUipp par mèl (snu12@snuipp.fr) durant les congés.

Ainsi que par téléphone (05.65.43.40.11) les 16, 17, 21, 22 et 23 avril.


Face aux attaques, en multipliant les initiatives, en plaçant très tôt la nécessité d’une action d’envergure, le SNUipp et la FSU ont voulu s’inscrire en faux contre le fatalisme et ouvrir la possibilité d’agir contre tout ce qui menace le service public d’éducation et ses personnels.

Aujourd’hui nous faisons une fois encore le choix de l’unité d’action et le pari de l’éducation. En nous tournant vers la population, dans l’unité les 15 et 24 mai, mais aussi avec la Manifestation Nationale à Paris du 18 mai à l’appel des organisations de la FSU, il s’agit de porter très haut l’éducation contre les tenants de la régression.

POUR L’ÉCOLE et ses PERSONNELS

Dans l’action les 15 et 24 mai

TOUS À PARIS le 18 !


Appel à la mobilisation pour une politique éducative ambitieuse

Le budget 2008 qui sera appliqué à la prochaine rentrée est contesté par les élèves, les parents d’élèves, les personnels, les étudiants, les associations éducatives complémentaires de l’enseignement public et tous les partenaires de l’Ecole. Les mobilisations vont croissantes et portent l’exigence de moyens pour la réussite et la démocratisation du système éducatif.

Les 11200 suppressions de postes entraîneront des classes surchargées, rendant impossible le suivi individuel des élèves. Dans le second degré cela va conduire à des disparitions de formations et d’options et la fin de dispositifs pédagogiques et de soutien innovants.

Conjuguée aux retraits de moyens, la mise en place précipitée, sans réflexion préalable et sans concertation suffisante, du bac pro 3 ans dans les LP, suscite des inquiétudes légitimes quant à la prise en charge des élèves en enseignement professionnel en particulier ceux qui sont en difficulté.

Dans le premier degré les projets de programmes traduisent une vision passéiste et rétrograde de l’Ecole, ainsi qu’un recul pédagogique et didactique. Ils remettent en cause les cycles et s’accompagnent d’une apparente volonté d’externaliser l’aide aux élèves en difficulté en rejetant la responsabilité de l’échec scolaire sur les familles.

Ce budget de rigueur et les suppressions de postes concernent tous les secteurs comme l’Education nationale mais aussi l’Enseignement Agricole Public et tous les personnels, se traduisant par une aggravation des conditions de travail et un fonctionnement plus difficile pour notre système scolaire.

Les annonces budgétaires pour les prochaines années confirment que cette politique de régression en lien avec la RGPP (Révision Générale des Politiques Publiques) pourrait s’installer dans la durée.

La transformation de l’Ecole implique une toute autre dynamique pour le système éducatif et pour les métiers de l’éducation.

Pour obtenir des budgets ambitieux qui permettent une transformation de l’Ecole.

Pour mettre en œuvre une autre politique éducative mettant la réussite de tous les élèves au centre de ses préoccupations.

Les organisations signataires appellent à poursuivre et amplifier les mobilisations en cours :
- En organisant localement, dès la rentrée des vacances de Printemps, des rencontres entre parents, lycéens, personnels de l’éducation et responsables des associations éducatives complémentaires de l’enseignement public pour mieux les informer.

- En développant dans la durée des actions s’opposant aux conséquences du désastreux budget 2008.

- Par une journée nationale d’actions diversifiées le 15 mai jour prévu pour le Conseil Supérieur de l’Education qui devrait examiner les nouveaux programmes.

- Par l’organisation samedi 24 d’une grande journée de mobilisations, de rencontres avec la population et de manifestations dans tous les départements.

CEMEA, Cé, CRAP-Cahier pédagogique, FCPE, Ferc-CGT, FIDL, FSU, ICEM pédagogie Freinet, Jeunesse au Plein Air, Ligue de l’Enseignement, Sgen-CFDT, Sud éducation, Sud étudiant, Unef, UNL, Unsa Education.


STRESS au Travail : le SNUipp écrit au Ministre

Monsieur le Ministre,

Un rapport sur la détermination, la mesure et le suivi les risques psychosociaux au travail, vient d’être remis à Xavier Bertrand. Le ministre du travail a fixé comme objectif « de prendre toute la mesure du stress, d’y apporter les solutions, et de mettre clairement d’ici 2 à 3 ans, la France au niveau des pays qui apportent les meilleures solutions contre le stress au travail. » et a engagé des discussions.

Nous estimons que les enseignants du 1er degré y sont exposés sans qu’aucune réponse appropriée soit apportée. Cette absence de dispositifs provoque un véritable gâchis humain qui nuit à l’efficacité du service public et représente un coût économique réel (arrêts maladie, mise en disponibilité, baisse d’efficacité professionnelle, absentéisme…).

Le stress conduit à une dévalorisation qui peut déboucher sur une incapacité de travail. Beaucoup de maladies d’enseignants du 1er degré qui en sont consécutives ne sont pas reconnues comme maladies professionnelles (maladies cardio-vasculaires, anxiété, dépression, burn out, addiction, suicide…). La pénurie en matière de médecine du travail et de prévention entretient cette situation.

Ce constat, que nous faisons dans nos permanences syndicales comme dans les différentes instances où nous siégeons (CAP, commission de réforme…), est étayé par plusieurs études (MGEN, DARES).

La DARES (Direction de l’animation et de la direction des affaires statistiques) en octobre 2003 sur les conditions de travail dans la fonction publique fait état des indicateurs de charge mentale ressentie élevée par les enseignants du 1er degré : « les enseignants du premier degré déclarent nettement plus de pénibilités que les seconds (du second degré) ».

Monsieur le Ministre, nous vous demandons de prendre la mesure des risques psychosociaux auxquels sont exposés les enseignants et d’ouvrir des discussions avec les organisations syndicales pour apporter des solutions.

Veuillez recevoir, Monsieur le Ministre, l’expression de mes sentiments distingués.

Gilles MOINDROT Secrétaire Général du SNUipp


Projet de Programmes : Signez, faites signer la Pétition « Copie à Revoir ! » cf. sur le site http://12.snuipp.fr


Signez, faites signer la Pétition Unitaire AVS : Les Organisations SNUipp/FSU, SNES/FSU, SGEN-CFDT, FNASEPH, UNAISSE lancent une pétition : http://12.snuipp.fr/IMG/pdf/lettre_petition_avs_0.pdf


Sauvegardons la laïcité de la République Signez, faites signer l’appel laïque : http://www.appel-laique.org/ 142 639 signatures à la date du 26/03/08, il en faut encore !


LA PETITION NATIONALE : NOS ENFANTS SONT FICHES, NE NOUS EN FICHONS PAS à l’appel des organisations FSU, CEMEA, CGT, Confédération syndicale des familles (CSF), FERC-CGT, Ligue de l’enseignement, Ligue des droits de l’Homme, SNES, SNUipp, Sud Education, Sundep-Solidaires, Union Syndicale Solidaires, UNSEN CGT peut être signée en ligne à l’adresse : http://www.nosenfantssontfiches.org/phpPetitions/index.php Signez, faites signer cette pétition par les collègues, les parents, les élus.

 

Répondre à cet article

 

65 visiteurs en ce moment

*Top

SNUipp-FSU Aveyron :

- 8 rue de Vienne, les Corniches de Bourran 12000 RODEZ
- Tél : 05.65.78.13.41
- mèl : snu12@snuipp.fr

Permanences :
- Lundi, Mardi, Mercredi, Jeudi, Vendredi les ap.m.
- Mardi, Mercredi, Jeudi les matinées.

Sur Facebook : plan et photos SNUipp-FSU12


©Copyright 2006 - SNUipp-FSU Aveyron, tous droits réservés.