www.snuipp.fr

SNUipp-FSU Aveyron

Vous êtes actuellement : Actions  / Droits et Libertés 

fontsizeup fontsizedown {id_article} impression s'abonner  à la rubrique {} syndiquer le forum
20 septembre 2019

Aéroport De Paris (ADP) : emblème de la défense des services publics

« Les bijoux de famille », « la poule aux œufs d’or », « une richesse du patrimoine »… Ces derniers temps, les superlatifs n’ont pas manqué pour décrire l’importance du groupe ADP dans le budget national.

Le projet de privatisation des aéroports de Paris est la plus importante privatisation jamais envisagée en France, la troisième dans l’histoire du monde. C’est une braderie opérée par le gouvernement sur un service public « rentable ».

La Fontaine écrivait ; « Pendant ces derniers temps, combien en a-t-on vus / Qui du soir au matin sont pauvres devenus / Pour vouloir trop tôt être riches ? »

Une stratégie économique erronée par le choix à court terme de gagner de l’argent ou une volonté dissimulée de vouloir appauvrir d’avantage les ressources collectives de l’Etat ?

ADP est actuellement une véritable « machine à cash » qui rapporte près de 185 millions de recette publique chaque année, un nombre en constante augmentation : autant d’argent perdu pour les contribuables si le marché libéral fait main basse sur ces services.

La perte de cette ressource budgétaire, payée par des taxes sur l’utilisation de l’avion, et donc par les plus aisé.es, entraînera forcément un transfert vers des impôts payés par les plus modestes et/ou par un énième renoncement de mesures ou services compensatoires, renforçant encore les inégalités.

Economiquement, l’argument d’une vente qui rapporterait 15 milliards d’euros pour réduire une dette de 2300 milliards (surtout quand on sait que seuls 5 milliards seraient réinjectés) est complètement débile (ou fallacieux), cela représente 0,8% de la pseudo dette.

Dans un contexte d’indispensable transition écologique, confier les aéroports à des intérêts pollueurs, ne visant que le profit et donc l’augmentation de trafic aérien est une ineptie.

La décision de ce gouvernement n’a aucune raison économique ou pratique. A l’instar de la privatisation de la française de jeux, d’Engie, elle témoigne d’une volonté d’enrichir les entrepreneurs amis, mettant toujours plus en péril la répartition des richesses, en renforçant les inégalités territoriales et en spoliant la population de ses biens communs.

C’est parce que cette privatisation est insensée qu’elle fait l’objet d’un appel à signatures visant à l’instauration du premier référendum d’initiative partagée. Il faut pour cela récolter 10% de signatures du corps électoral, soit plus de 4 millions et demi. Un défi de taille…

La défense des services publics est constitutive de l’action du SNUipp-FSU et de la FSU et ouvre à la convergence des mobilisations.

Aujourd’hui, le Référendum d’initiative partagée (RIP) contre la privatisation des aéroports de Paris permet une mobilisation citoyenne sur cette question. Gagner cette lutte représente un double enjeu : empêcher la privatisation d’ADP, un service public encore plus stratégique dans un contexte d’urgence climatique, et réussir le premier RIP.

Le SNUipp, avec la FSU, s’engage, nationalement comme localement, dans une campagne active, en particulier auprès des personnels de l’Ecole, et saisira toutes les occasions pour faire signer cette pétition afin de permettre d’atteindre les 4.7 millions de signatures nécessaires.

 

55 visiteurs en ce moment

*Top

SNUipp-FSU Aveyron :

- 8 rue de Vienne, les Corniches de Bourran 12000 RODEZ
- Tél : 05.65.78.13.41
- mèl : snu12@snuipp.fr

Permanences téléphoniques :
- Lundi, Mardi, Mercredi, Jeudi, Vendredi de 9h à 18h30
- Pendant les vacances scolaires

Sur Facebook : SNUipp-FSU12


©Copyright 2006 - SNUipp-FSU Aveyron, tous droits réservés.