www.snuipp.fr

SNUipp-FSU Aveyron

Thèmes abordés


Vous êtes actuellement : Transformer l’Ecole 

fontsizeup fontsizedown {id_article} impression s'abonner  à la rubrique {} syndiquer le forum
8 septembre 2008

Darcos, son budget, sa semaine scolaire et nos élèves sont dans un bateau...

Qu’est-ce qui tombe à l’eau ? Les RASED, la maternelle, le remplacement, la formation, … L’école, ses personnels et ses usagers ont toutes les raisons de se faire entendre !

C’est beau la "modernité".

Vendredi 5 septembre 2008, écoutant le début du Sept-Dix de France-Inter, j’apprends que Darcos est l’invité de Nicolas Demorand à 8h20. “M… ! me dis-je, je dois être à l’école dès 8h00 !”…

Et puis j’oublie, entre un Ministre et mes élèves, j’ai vite choisi.

En fin de journée, je lis une dépêche d’une agence de presse sur la RGPP dans l’Education. D’un coup, je me remémore le Ministre, qu’a-t-il bien pu dire ? Comment savoir ? Quelques clics sur Internet, et je tombe sur le site de l’émission et notre Ministre en vidéo.

Re-clic, je l’écoute, je le vois. Et les bras m’en tombent !

“… nous avons pu faire cette rentrée dans des conditions qui sont presque meilleures que la rentrée précédente”

Comme il craint que nous n’ayons pas compris jusqu’où il peut pousser le bouchon, il reprend “… nous avons à cette rentrée un meilleur encadrement pédagogique qu’à la rentrée dernière…”.

Un petit rappel s’impose : 11300 suppressions de postes en tout, 700 créations dans le 1er degré pour quelques 50 000 élèves supplémentaires, 0 création de poste pour l’Aveyron avec 201 élèves en plus prévus [1].

Et Darcos annonce que les suppressions (13 500 !) de l’an prochain passeront totalement inaperçues !

A défaut d’être un amuseur public (ce dont on n’aurait que faire à ce poste), ce ministre est décidément un adepte convaincu du "Plus c’est gros…".

Après 5 min, il laisse échapper, comme par mégarde, un cri du coeur “c’est un métier extrêmement difficile, pour un ministre de droite, ce n’est pas facile d’être ministre de l’Education Nationale, vous savez, hein ? Il y a beaucoup d’hostilité, de tension autour de soi…”. J’en ai la larme à l’oeil.

Fin de la vidéo.

Darcos a annoncé que les suppressions de l’an prochain seraient moins visibles car (cf. “Suppression de Postes : l’école sacrifiée ?”), elles toucheraient surtout des "personnels qui ne sont pas devant des élèves". Sans précisions supplémentaires.

Pour voir, je télécharge le podcast de l’émission complète (http://radiofrance-podcast.net/podcast/rss_10241.xml - 165 Mo).

Et là, aux alentours de la 118ème minute, la journaliste Sonia Bouran fait référence aux propos de Luc Ferry (rappelons qu’il n’est plus ministre et qu’il s’est opposé à Darcos sur les programmes) qui fait le lien entre la nouvelle organisation de la semaine scolaire et les suppressions de postes.

Plus précisément, la suppression des RASED qui permettrait de récupérer 8000 postes budgétaires.

Scénarios catastrophes

Or que disait la dépêche d’agence dont je parlais plus haut ?

Elle faisait référence à un rapport d’audit sur les conséquences de la RGPP [2] remis au ministre et jamais publié.

Ce rapport annonce que "la recherche des économies conduira à accroître les taux d’encadrement" etc. Une évidence pour tous sauf pour le gouvernement.

Mais les rapporteurs font néanmoins des propositions qui équivaudraient, suivant les scénarios, à prévoir 41 000 à 93 000 suppressions d’ici cinq ans.

Pour y arriver, les experts proposent pour le 1er degré de :

1. réduire la scolarisation des 2 ans ;

2. accroître les taux d’encadrement en préélémentaire ;

3. réduire le redoublement en élémentaire ;

4. supprimer les réseaux d’aide et de soutien et redéployer une partie des personnels concernés dans les écoles relevant de l’éducation prioritaire ;

5. gérer l’affectation et le service des professeurs sur le groupe d’écoles ;

6. optimiser le remplacement et les décharges de service.

Sur les RASED, Ferry et l’audit disent la même chose ou presque ; Darcos, vendredi 5/09 les contredit-il ?

RASED

Darcos : à propos de la suppression nous ne sommes “pas dans cet esprit-là, les réseaux d’aide sont utiles”.

Ouf ?

Darcos poursuit : “nous souhaitons les sédentariser, que ces professeurs soient le moins itinérant possible (…) qu’ils soient installés dans des écoles où les besoins sont les plus criants, de sorte qu’ils s’intègrent dans les équipes pédagogiques d’une manière plus définitives plutôt que de circuler”.

Le ministre a-t-il l’intention, comme il le fait avec les stages de remise à niveau pendant les vacances, de regrouper les élèves en difficulté et donc de transférer le coût aux familles et collectivités locales ?

Darcos insiste : “…nous n’avons pas le projet de supprimer les dispositifs de soutien même si, je l’espère, ils seront dans les années qui viennent moins utiles dès lors que, dans le service des enseignants, il y a deux heures qui sont consacrées spécifiquement aux élèves en difficulté”.

Dès l’annonce par Darcos de la suppression du samedi matin, le SNUipp a alerté les collègues sur les conséquences possibles pour les RASED et pour les élèves en difficulté (parmi d’autres cf. article et motion 26/06/08, 6/02/08 annonce de la consultation des personnels sur le relevé de conclusion, et Journée d’Information syndicale du 27 mai).

Parmi les raisons de notre refus d’accepter la nouvelle organisation de la semaine scolaire, nous avions invoqué notre inquiétude pour les RASED (alors que d’autres préféraient signer et railler cette inquiétude), relevé que les enseignants ne sont pas formés pour répondre à certaines difficultés (c’est bien pour ça qu’il y a des formations spécialisées et des RASED).

De fait, il y a une cohérence profonde entre la mise en place de l’aide personnalisée qui donne l’illusion d’une école qui serait en capacité de répondre à tous les besoins et la transformation ou la suppression des RASED.

Alors oui, pour les élèves comme pour les personnels [3], le SNUipp a eu raison de ne pas signer le relevé de conclusions sur la nouvelle organisation de la semaine scolaire.

Funestes Evidences

Chacun aura compris que les propositions 1 et 2 de l’audit sur la maternelle sont déjà à l’oeuvre depuis plusieurs années : demandez aux collègues des maternelles J.Ferry à Séverac-le-Château, A.Franck à Espalion, Le Cros à Sébazac, etc. Demandez aux collègues des écoles primaires qui n’en pouvant mais se voient toujours plus poussés à reporter l’accueil des petits.

Quant à l’optimisation des remplacements, c’est aussi en route avec une formation continue peau-de-chagrin et bientôt défunte quand il n’y aura plus de stagiaires IUFM, avec des remplacements toujours plus difficiles. D’ailleurs, grâce à la 5ème proposition, quasiment tout est réglé. En nommant les enseignants sur un groupe d’écoles, on gérera les flux d’élèves et les remplacements.

Reste la 3ème proposition, à propos des redoublements. Naïf, je croyais que c’était une disposition pédagogique, que ça relevait de l’équipe pédagogique après de longues réflexions…

Alors que c’est de l’arithmétique d’économiste libéral.

Imposer d’autres choix

Quand Ministre, Recteur et Inspecteur d’Académie reprennent en choeur "la rentrée s’est bien passée", quand le président de la République n’entend soit-disant plus parler de grève [4], quand l’averse reprend de plus belle, la réponse des organisations syndicales, des parents d’élèves, des lycéens et étudiants, des associations et mouvements pédagogiques doit d’autant plus être déterminée, durable, large et profonde.

C’est ce mouvement durable qui débute le 11 septembre et se poursuivra par d’autres initiatives. Se faire entendre, se compter, alerter, informer. Construire ensemble.

Dans ce but, le SNUipp12 appelle les collègues à se saisir de la motion ci-jointe, à la signer et la faire signer, et à nous la renvoyer rapidement.

"On ne doit pas seulement éduquer les enfants d’après l’état présent de l’espèce humaine, mais d’après son état futur possible et meilleur, c’est-à-dire conformément à l’idée de l’humanité et à sa destination totale."

Emmanuel Kant - Réflexions sur l’éducation.

Le 7 septembre 2008

Jean-Luc Tornero

Secrétaire Départemental du SNUipp12

[1] Nous aurons d’utiles précisions sur les constats après comptage très bientôt.

[2] Révision Générale des Politiques Publiques

[3] ceux des RASED à qui on retire l’échelle mais aussi les collègues "ordinaires" qui devront obtenir des résultats dans un exercice auquel ils ne sont et ne seront pas formés

[4] ce qui ne l’empêche pas de fustiger la FSU parce qu’elle continue d’appeler à l’action

 

Répondre à cet article

 

13 visiteurs en ce moment

*Top

SNUipp-FSU Aveyron :

- 8 rue de Vienne, les Corniches de Bourran 12000 RODEZ
- Tél : 05.65.78.13.41
- mèl : snu12@snuipp.fr

Permanences :
- Lundi, Mardi, Mercredi, Jeudi, Vendredi les ap.m.
- Mardi, Mercredi, Jeudi les matinées.

Sur Facebook : plan et photos SNUipp-FSU12


©Copyright 2006 - SNUipp-FSU Aveyron, tous droits réservés.