www.snuipp.fr

SNUipp-FSU Aveyron

Thèmes abordés


Vous êtes actuellement : Actu, Infos et Journaux  / Déclarations et Communiqués de Presse 

fontsizeup fontsizedown {id_article} impression s'abonner  à la rubrique {} syndiquer le forum
12 septembre 2008

Déclaration FSU au CDEN du 12 septembre 2008

Le sens des nouveautés de cette rentrée ? Renvoyer hors l’école nombre de ses missions, renvoyer à d’autres et la responsabilité et le coût du traitement de l’échec scolaire, promouvoir une école de consommateurs contre une école de citoyens, mettre en avant le modèle du répétiteur contre le pédagogue, instiller du privé partout contre l’école de l’égalité.

Alors que nous vivons une nouvelle rentrée sans création de postes, les personnels des écoles vont devoir s’accommoder de mesures en contradiction avec leurs missions.

D’abord nous devrons encore faire avec une dotation budgétaire insuffisante qui entraîne un nouveau recul des conditions de travail. Nous savons déjà la teneur de votre réponse, M. l’Inspecteur d’Académie, même si les prévisions étaient confirmées (+201 élèves), pour 300 établissements, ça ne fait pas grand-chose par classe. Les personnels vous entendraient beaucoup mieux si cet argument n’était ressassé depuis des années… Or sur dix ans nous avons accueilli plus de 1500 élèves supplémentaires et perdu 70 postes. Ce qui ne fait pas le compte.

Dans le même temps, d’autres signes démontrent que les choix budgétaires ont rendu plus difficiles le quotidien des écoles.

  Le taux de scolarisation dès 2 ans s’est fortement dégradé. Et vous confirmez cette tendance. Ainsi, si vous officialisez aujourd’hui votre proposition de lundi en CTPD, trois collègues d’une école maternelle aveyronnaise vont devoir se partager 99 élèves. Avec des locaux neufs, adaptés et spacieux, 33 par classe, par quelque bout qu’on le prenne, ce n’est pas répondre aux besoins de scolarisation en maternelle. Dans ce cas précis, sachant qu’une école privée est toute proche, nous condamnons cette décision et regrettons vivement ce qui est désormais de l’entêtement de votre part.

  Concernant les classes uniques, deux écoles devraient aujourd’hui voir officialiser la création d’un demi-poste supplémentaire. Décision positive que nous ne pouvons néanmoins vraiment applaudir ; chaque collègue a 25 élèves et tous les niveaux dans sa classe. Il y a peu c’est avec 18, 20 élèves qu’un demi poste était créé. Lundi, M. l’Inspecteur d’Académie, vous n’aviez pas, en début de séance, envisagé de créer ; à 25 et tous les niveaux, votre décision n’allait pas de soi !

Mais le pire sans doute est à prévoir des conséquences des décisions unilatérales du Ministre.

Avec des programmes rejetés par quasiment toutes les organisations de personnels, de parents d’élèves, associations pédagogiques, par une très grande majorité des enseignants des écoles, on vend à l’opinion publique des faux semblants de recentrage sur les « fondamentaux ». Comme si les précédents programmes tournaient le dos au français et aux math, comme si toute la pédagogie résidait dans l’art de la répétition dans les bonnes vieilles marmites d’une école qui n’a jamais existé. On ne fait pas la classe avec des fantasmes médiatiques.

Avec moins d’école pour tous et une réorganisation de la semaine démagogique : pour marquer des points auprès de parents supposés adeptes des week-ends, ce sont des années de réflexion sur les rythmes scolaires qui sont niées. La mise en place de l’aide personnalisée ne peut servir de prétexte à cette très mauvaise idée. Et d’ailleurs, si on peut être assuré que les personnels tenteront, malgré ce qu’ils en pensent, de faire pour le mieux pour leurs élèves, on peut prévoir que parce qu’il s’agit d’une action particulière à laquelle, ils ne sont et ne seront pas formés, cette aide personnalisée ne fera pour la plupart que souligner les difficultés. Pire, on peut d’ores et déjà prévoir qu’on répondra moins à certaines difficultés puisque le Ministre espère, comme il l’a déclaré sur France-Inter vendredi 5 septembre, que les RASED seront moins utiles. S’il ne parle pas encore de supprimer ces structures, il compte les « sédentariser »… Le ministre a-t-il l’intention, comme il le fait avec les stages de remise à niveau pendant les vacances, de regrouper les élèves en difficulté et donc de transférer le coût aux familles et collectivités locales ?

N’est-ce pas d’ailleurs tout le sens des nouveautés de cette rentrée ? Renvoyer hors l’école nombre de ses missions, renvoyer à d’autres et la responsabilité et le coût du traitement de l’échec scolaire, promouvoir une école de consommateurs contre une école de citoyens, mettre en avant le modèle du répétiteur contre le pédagogue, instiller du privé partout contre l’école de l’égalité.

Pour la FSU, cette démagogie et cette agitation médiatique constante n’ont qu’un but : masquer l’abandon pur et simple de toute ambition pour l’école ce qui équivaut à abandonner nombre d’élèves sur le bord du chemin.

Nous ne nous en accommoderons pas et appelons les collègues, les parents, les élus à prendre parti pour l’école en s’inscrivant dans les actions comme celles d’ores et déjà annoncées des 11 septembre et 19 octobre.

cf. Compte-Rendu de ce CDEN

 

Répondre à cet article

 

14 visiteurs en ce moment

*Top

SNUipp-FSU Aveyron :

- 8 rue de Vienne, les Corniches de Bourran 12000 RODEZ
- Tél : 05.65.78.13.41
- mèl : snu12@snuipp.fr

Permanences :
- Lundi, Mardi, Mercredi, Jeudi, Vendredi les ap.m.
- Mardi, Mercredi, Jeudi les matinées.

Sur Facebook : plan et photos SNUipp-FSU12


©Copyright 2006 - SNUipp-FSU Aveyron, tous droits réservés.