www.snuipp.fr

SNUipp-FSU Aveyron

Thèmes abordés


Vous êtes actuellement : Instances Paritaires  / CAPD 

fontsizeup fontsizedown {id_article} impression s'abonner  à la rubrique {} syndiquer le forum
16 septembre 2008

L’usine à gaz est dans le fruit

L’IA a fait parvenir aux écoles une série de circulaires sur l’aide personnalisée. Sans surprise, il tente d’encadrer le "machin" de Darcos mais ne parvient qu’à en souligner les défauts.

Ces circulaires, annoncées aux représentants syndicaux, ne leur ont pas été communiquées. Faut-il voir une intention ?

Ou bien s’agit-il d’entériner une évidence ? Le SNUipp n’aurait pas été d’accord du tout, du tout, du tout.

Dans son avis concernant le relevé de conclusions publié dans FsC12 n°60 du14 février 2008 (bulletin p.4), le Conseil Syndical du SNUipp12 avait fondé son refus sur plusieurs raisons :

- "moins d’école pour tous" : c’est avéré par la réorganisation de la semaine. Inacceptable donc.

- "le risque de stigmatisation des élèves en difficulté" : que ce soit avec l’insistance sur la "responsabilisation" de l’élève, le cahier spécifique, le constat de la "nécessaire assiduité" et bien sûr ce temps particulier dans un temps "scolaire" qui n’est pas le temps de tous, le temps commun, les élèves en difficulté sont repérés et repérables. Inacceptable.

- "ce qui était hier interdit (journée de plus de 6h), est désormais la règle pour les enfants en difficulté". Et de quelle manière, avec des journées rallongées, des pauses écourtées, des repas ingurgités au lance-pierre… Souvenons-nous que nous avons passé, pendant des années, des heures et des heures à réfléchir aux rythmes scolaires, pour en arriver là : placer les élèves en difficulté dans des situations plus difficiles encore. Inacceptable.

- Concernant les personnels, nous écrivions "il n’y aura pas d’allègement de la charge de travail". Est-ce la peine d’insister ? Chacun aura repéré le nombre de fiches à remplir, le temps d’organisation, estimé le poids des préparations dans un exercice nouveau pour lequel nous n’avons pas été formés. Chacun se sera inquiété du temps à passer pour rencontrer les parents, avant, pendant et après. L’administration a une réponse toute faite : "Mais enfin, ces deux heures, il fallait bien les préparer avant ?". C’est vrai mais pas dans un exercice sans filet, pas sur du temps rajouté sur le temps de la journée, pas dans des figures imposées et majoritairement contre notre avis. Inacceptable.

- Toujours sur le temps de travail : il est remarquable que la circulaire n° 2008-105 du 6 août 2008 relative aux obligations de service des personnels enseignants du premier degré se contente de dire que les "directeurs d’école ne bénéficiant pas de décharge d’enseignement (…) peuvent bénéficier d’un allègement de service". Cette possibilité induit en elle même des manquements (nécessités de service)… Comment dans les écoles aveyronnaises de 1, 2 ou 3 classes (largement les plus nombreuses dans notre département) mettre en œuvre sereinement cette aide personnalisée quand d’emblée l’administration se réserve la possibilité de ne pas apporter l’aide promise. Sans s’interroger tout à fait sur la loyauté de notre administration, il pourrait y avoir quelques dupes, parmi les collègues directrices et directeurs, mais aussi pour leurs adjoints par ricochet et surtout pour les élèves. Inacceptable.

- Pour la direction : aucune assurance n’a été obtenue sur la distinction entre temps d’allègement (de 10 à 60h) et temps d’organisation (10h). Nous réclamons que les directrices et directeurs puissent participer au temps d’organisation (ne serait-ce que pour parler de leurs élèves…) en temps qu’enseignant, l’administration tente (en Aveyron voir CAPD du 12/09/08, mais aussi dans d’autres départements) de confondre cela avec l’allègement dû à la direction. Aussi incohérent que cela paraisse, on comprend que l’administration gagnerait 10h d’allègement par école si ces deux temps étaient confondus. Inacceptable.

- Pour la direction encore : la fiche individuelle relative aux 108h relative au volume horaire doit être signée par l’enseignant, bien sûr, mais contresignée par "le directeur d’école"… En tant que ? Pointeuse ? ou bien supérieur hiérarchique ? Inacceptable. [1]

D’ailleurs, le SNUipp12 appelle :

- les collègues directrices et directeurs à ne pas signer ce relevé,
- les adjoints à refuser qu’il le soit.

- Cette même fiche est construite d’une manière remarquable : seules les 108h peuvent y être reportées, pas plus. Et gare à ceux qui feraient moins ! Or si on s’avise aujourd’hui de collecter des volumes horaires, c’est bien tout le temps de travail qui doit être envisagé. C’est tout le sens de notre appel à tenir un relevé horaire précis : il y a une vie après les 108h, et nous en passons une bonne part à l’école. Dans ces conditions, faut-il accepter de les passer par pertes et profits ?

- Concernant les remplaçants : le SNUipp demande qu’il soit précisé que s’ils atteignent, en cours d’année, la quotité de 60h, ils n’aient pas à effectuer d’autres interventions en aide personnalisée. Les réactions des IEN le 12 septembre en CAPD (l’IA était absent) expliquant que les remplaçants ne font déjà pas, pour la plupart, leurs heures d’animations, etc. ne laissent augurer rien de bon.

- Concernant les stagiaires IUFM : le SNUipp a demandé qu’ils soient dispensés d’aide personnalisée, ce ne sont pas des heures qu’ils doivent, ils sont en formation initiale et non titulaires. Là aussi, les IEN ont paru défavorables à notre proposition. L’IA étant absent, le SNUipp renouvellera sa demande.

- Le SNUipp avait aussi alerté sur l’avenir des RASED. Pour l’IA, cette circulaire devrait les rassurer. Elle ne rassure pas le SNUipp. Dans sa circulaire, l’IA indique : "Les 60 heures dévolues à l’aide personnalisée s’inscrivent en complémentarité des aides déjà apportées durant le déroulement de la classe (pédagogie différenciée, groupe de besoin…), mais aussi d’autres dispositifs (stages de remise à niveau, accompagnement éducatif) qui concourent à une prise en compte éducative globale". Dans les "autres dispositifs", les RASED ne sont pas cités… un oubli ? Fort heureusement, l’avant-dernier paragraphe rappelle ce qui est leur rôle… sans qu’on puisse réellement percevoir comment aide personnalisée et interventions des RASED s’articuleront. A voir ? En tous cas, les organisations syndicales n’attendent pas de voir et interviennent à nouveau au Ministère (cf. lettre-motion commune).

- Pour tous les personnels : Dans la circulaire "MISE EN ŒUVRE DE L’AIDE PERSONNALISEE", l’IA indique : "Tous les enseignants sont concernés, ceux de l’élémentaire, comme ceux de la maternelle. Chacun doit faire preuve d’un réel engagement". L’IA insiste depuis le printemps sur cet engagement, il a plusieurs fois souligné qu’il demanderait à ses IEN, lors des inspections, d’avoir une attention particulière sur ce qui se fera sur ces 60h. Nous serons donc sans filet, sans formation mais contrôlés. On ne voit pas bien sur quoi puisque on ne voit pas bien ce qu’on nous demande de faire… mais nous serons évalués. Il est tellement plus facile de dégager le mérite quand ceux qui sont évalués ne savent pas quels sont les critères… Inacceptable.

Il faudrait encore parler de ce qui n’est pas dans la circulaire, dont entre autres, les "différences" induites entre écoles : quelle comparaison entre une maternelle plutôt rurale et une école élementaire de ZEP [2] ? Entre une école à classe unique et une école à 5, 6, 13 classes ?

Et puis, des heures à faire, des papiers à remplir, des cases à cocher… est-ce bien cela notre boulot ?

Reste LA question : combien d’élèves en difficulté vont en sortir ? combien d’élèves en difficulté vont le rester ?

Cette question à elle-seule donne raison au SNUipp dans son refus de signer le relevé de conclusion. Elle fonde aussi l’urgence d’une intervention des personnels sur la question.

Le SNUipp continue à faire le pari de l’éducabilité, à affirmer que la difficulté scolaire peut se traiter à l’école, parfois en classe, et peut-être parfois dans un cadre différent, avec un encadrement et des effectifs allégés. Et avec des personnels spécialisés c’est à dire des RASED complets.

Oui, travailler autrement, sur des supports nouveaux, avec moins d’élèves, en soi, c’est un gage de réussite pour tous. Il y a un point positif dans ce qu’induit cette usine à gaz, c’est la prise en charge collective de la difficulté en particulier par le Conseil des Maîtres. Le maître pourraît n’être plus seul face à l’élève et aux parents.

Nous parlons là de plus de maîtres que de classe… Ce n’est pas un slogan, mais une nécessité, pour nos élèves.

Que l’on soit d’accord, un peu, beaucoup ou pas du tout, c’est à nous tous que revient la responsabilité de dire les limites du "machin" de Darcos. Ne pas le faire serait accepter que le piège se referme, sur l’école, ses élèves et ses personnels.

Le SNUipp vous invite à entrer dans le débat comme dans l’action.

[1] Le SNUipp a rencontré l’IA, le mercredi 17 septembre, sur un autre sujet. Nous lui avons indiqué ce que nous en pensons et nous l’avons informé de notre appel au refus de la signature directoriale. L’IA a paru entendre notre point de vue et a semble-t-il entériné l’abandon de cette contre signature. En attendant une réelle concrétisation de ce recul, le SNUipp maintient sa consigne.

[2] sans parler de l’accompagnement éducatif désormais étendu aux REP et ZEP

 

Répondre à cet article

 

101 visiteurs en ce moment

*Top

SNUipp-FSU Aveyron :

- 8 rue de Vienne, les Corniches de Bourran 12000 RODEZ
- Tél : 05.65.78.13.41
- mèl : snu12@snuipp.fr

Permanences :
- Lundi, Mardi, Mercredi, Jeudi, Vendredi les ap.m.
- Mardi, Mercredi, Jeudi les matinées.

Sur Facebook : plan et photos SNUipp-FSU12


©Copyright 2006 - SNUipp-FSU Aveyron, tous droits réservés.