www.snuipp.fr

SNUipp-FSU Aveyron

Thèmes abordés


Vous êtes actuellement : Actu, Infos et Journaux  / Infos Nationales 

fontsizeup fontsizedown {id_article} impression s'abonner  à la rubrique {} syndiquer le forum
28 septembre 2008

Budget 2009 : l’escroquerie

Au moins 5 500 raisons d’être à Rodez le 4 octobre, le 7 dans les rassemblements et à Paris le 19 !

en italique, les infos, en décalé nos premiers commentaires.

+ 16 000 élèves prévus

- 5 500 postes dans les écoles

Selon le directeur de cabinet de Darcos : "L’offre éducative non seulement ne diminue pas mais s’améliore".

    • Ben tiens, c’est ce que je dis toujours à mes enfants : "tes notes baissent donc tu t’améliores !".

- 3000 ETP [1]

Dans le premier degré, 3 000 maîtres "E" et "G", exerçant en Rased, seront réaffectés et sédentarisés dans des écoles en difficultés. Ces personnels, qui remplacent de fait 3000 enseignants partant en retraite, conserveront leur régime indemnitaire, précise le ministère.

      • les RASED sont la cible ;
      • les enfants en difficulté en feront les frais ;
      • les enseignants ordinaires seront la seule ressource.
    • Le SNUipp, après avoir consulté la profession, a choisi de ne pas signer le relevé de conclusion.
    • Il est bien temps pour les autres de crier "au feu !".

+ 500 ETP

Dans le premier degré, 500 postes supplémentaires sont créés. Cela correspond à une augmentation des effectifs de 16 000 élèves à la rentrée 2009, selon les prévisions du ministère.

    • Cette augmentation d’effectifs prévus par le Ministère ne comprend pas les enfants de 2 ans.
    • Le SNUipp a révélé que "en raison de l’insuffisance du nombre de postes, ce sont 40 000 élèves qui auraient pu être scolarisés si le taux de scolarisation de 2005-06 avait été maintenu". Combien pour l’an prochain ?

- 1500 ETP

1 500 personnels mis à disposition "totales ou partielles", "travaillant au sein d’associations ou de mutuelles", (500 dans le premier degré, 1000 dans le second degré) seront réaffectés "devant les élèves".

    • Sous Chirac/Villepin/De Robien, 800 postes avaient déjà été supprimés.
    • Cette nouvelle attaque contre les associations "amies de l’école" et le secteur mutualiste est un avatar de plus de la politique antisociale de ce gouvernement.

- 2 300 ETP

2 300 postes sont supprimés dans le second degré, sont 300 dans le privé au titre de la baisse démographique. Le ministère prévoit une baisse de 22 000 élèves à la rentrée 2009.

-3 350 ETP

Toujours dans le second degré, l’amélioration du dispositif de remplacement correspond à la suppression de 3 350 ETP : 3 000 dans le second degré public, et 350 dans le privé. L’amélioration du remplacement, qui permet un "gain" de 3000 postes, porte uniquement sur le second degré. En effet, "dans le premier degré, la loi instaurant un droit d’accueil, prévoit un dispositif de remplacement en cas d’absence d’un professeur".

    • Tiens, revoilà la Loi sur le Service Minimum d’Accueil !
    • Le SNUipp12 vous alertait en Une de son bulletin de rentrée : non seulement cette loi est une atteinte contre le droit de grève mais elle est fait sauter le verrou du remplacement.
    • Maires et communes bernées : elles vont devoir supporter encore un nouveau transfert de charges.
    • Parents grugés : là où ils ont constitutionnellement droit à un enseignement, ils auront une garderie !

+ 600 ETP

600 emplois sont créés dans les lycées difficiles, dans le cadre du plan banlieues, dont 100 pour l’enseignement privé, soit le double de l’année 2008-2009.

- 500 ETP

500 emplois de personnels administratifs sont supprimés : 120 à l’administration centrale, sur un total de 3 000 personnes, et 380 dans les rectorats et les inspections académiques. Aucun poste de personnel administratif n’est supprimé dans les établissements.

    • Gardons à l’esprit que ces suppressions auront des conséquences directes sur le traitement des dossiers de tous les personnels. Retards, erreurs, écoute moins attentive…

+ 500 ETP

500 postes administratifs sont créés dans les établissements qui se constitueront en Epep (établissements publics d’enseignement primaire). Trois parlementaires UMP ont déposé jeudi 25/09, en accord avec le ministère, un projet de loi relatif à la création d’EPEP. La loi pourrait être adoptée en janvier.

  • La proposition de loi rend obligatoire la création d’EPEP "à partir de 15 classes". Celle-ci devient facultative à compter de 13 classes (et pour 14 ?). Le texte ouvre la possibilité aux écoles de moins de 13 classes de se regrouper, pour se constituer en EPEP. Selon la proposition de loi, le conseil d’administration de l’EPEP est composé de treize membres : le directeur de l’établissement, quatre représentants de la communes ou des EPCI (établissements publics de coopération intercommunale), trois représentants élus des personnels enseignants et un représentant élu des personnels non enseignants et quatre représentants élus des parents d’élèves. Le président du conseil d’administration est élu par les membres du conseil d’administration qui peuvent choisir ou le directeur de l’établissement, ou un représentant des collectivités.
    • Un nouvel étage de pilotage (et flicage) [2] , un nouveau transfert aux collectivités locales, une nouvelle escroquerie auprès des collègues directeurs, encore du temps dépensé à tout va pour les directeurs et adjoints… rien qui réponde à la question : quid de l’égalité d’accès au service public ? de la péréquation des ressources entre écoles ?
    • Mais une excellente rampe de lancement pour un nouveau transfert de personnels. Après les personnels devenus depuis 2003, fonctionnaires régional ou départemental, à quand des instits, fonctionnaires municipaux ?

- 4 450 ETP

Enfin, 4450 postes de stagiaires sont supprimés, dont 450 dans le privé : cela correspond à des fermetures de postes aux concours. Ils se répartissent de la manière suivante : - 3000 dans le premier degré public, et - 1000 dans le second degré public.

    • On coule la formation initiale pour un métier qui finalement peut être exercé par tous ("changer les couches et surveiller la sieste")… dans le même temps, qu’on met en place pour toute la Fonction Publique, la possibilité de recruter en CDI. C’est-à-dire sans concours, et avec possibilité de licenciement.

Autres

Le projet de budget 2009 prévoit aussi "130 millions d’euros supplémentaires" destinés à l’accompagnement éducatif.

    • Encore beaucoup d’intervenants associatifs et municipaux, encore la carotte des heures supplémentaires pour les enseignants mal payés, …
    • Ce gouvernement se préoccupe décidément beaucoup de ce qui n’est pas l’école !

Le ministère met également en avant, inscrite dans le projet de budget 2009, "l’amélioration du pouvoir d’achat des agents" de l’Éducation nationale, des directeurs d’école aux néotitulaires. Les gains de pouvoir d’achat réalisés par les enseignants, via les réductions fiscales et sociales prévues par la loi Tepa, s’élèvent à "294 millions d’euros", dont 20 millions d’euros de revalorisation des HSE.

    • Comme quoi les mots ne veulent pas dire la même chose suivant qui les emploie. Vous l’avez croisée vous, "l’amélioration du pouvoir d’achat" ?

[1] équivalent temps plein

[2] c’est une règle : lorsque vous intensifiez le travail, par exemple en ne recrutant assez de personnels, rajoutez des petits chefs…

 

Répondre à cet article

 

41 visiteurs en ce moment

*Top

SNUipp-FSU Aveyron :

- 8 rue de Vienne, les Corniches de Bourran 12000 RODEZ
- Tél : 05.65.78.13.41
- mèl : snu12@snuipp.fr

Permanences :
- Lundi, Mardi, Mercredi, Jeudi, Vendredi les ap.m.
- Mardi, Mercredi, Jeudi les matinées.

Sur Facebook : plan et photos SNUipp-FSU12


©Copyright 2006 - SNUipp-FSU Aveyron, tous droits réservés.