www.snuipp.fr

SNUipp-FSU Aveyron

Thèmes abordés


Vous êtes actuellement : Actu, Infos et Journaux  / Infos Nationales 

fontsizeup fontsizedown {id_article} impression s'abonner  à la rubrique {} syndiquer le forum
24 novembre 2008

Darcos joue la division et confirme son mépris des personnels...

Comme une poule qui a trouvé un couteau, Darcos exulte : il a compris qu’il y a des différences voire des divergences entre SNUipp et SE ! Renvoyons lui une autre évidence : les organisations syndicales, ensemble, défendent le service public d’éducation contre Darcos. Pour le faire entendre : VOTONS !

A qui veut imposer sa volonté contre l’avis majoritaire, l’adage dit qu’il reste l’option du "diviser pour mieux régner". Notre Ministre l’a très bien compris.

Silences et mensonges, à peu-près, demies vérités, réflexions apparemment frappées au coin du bon sens et tout ça sur le ton bonhomme qu’il affectionne… Hier, il lançait l’aide personnalisée et le Service Minimum espérant que l’un et l’autre allaient dissuader les parents de soutenir les luttes pour l’école. Au matin du 20 nov., il claironnait que les "vrais" défenseurs de l’école ne faisaient pas grève.

Sur France-Inter, vendredi 21 novembre, durant le Sept-Dix, il répondait aux questions d’Eric Delvaux, il jouait une autre carte (qui n’a rien de nouvelle…) : la division entre organisations syndicales.

Voici un verbatim, établi à partir du fichier MP3 téléchargé à l’adresse suivante : http://radiofrance-podcast.net/podcast/rss_10239.xml (7,9 Mo). L’extrait se situe à 00:02:58.

En italique les interventions du journaliste, en gras et en couleur les passages qui nous paraissent importants.


"- (…) ce que vous reproche les syndicats, c’est ce manque de concertation, d’ailleurs les trois principaux syndicats du primaire, hein, vous demande ce matin d’ouvrir des négociations avant 5 jours, faute de quoi ils vont relancer des actions, que leur répondez-vous ce matin ?

- Je leur réponds, en particulier j’ai été très frappé de voir que parmi les signataires il y a les deux syndicats majoritaires du premier degré, je leur réponds que lorsqu’ils me demandent d’ouvrir des négociations que j’ai signé un grand nombre de documents avec eux, je vois par exemple sur la réforme des lycées. On va prendre un exemple. On va prendre par exemple le syndicat UNSA dont l’animateur principal est M. Bérille que je connais bien, qui est un syndicaliste tout à fait respectable, avec qui je travaille très régulièrement. J’ai signé avec lui 4 protocoles d’accord que j’ai sous les yeux :

  • Un sur les principes directeurs de la réforme du lycée,
  • un sur les principes relatifs à la réforme de l’IUFM,
  • un sur les principes d’organisation de la semaine scolaire nouvelle et en particulier de l’utilisation des 2 h. qui ont été supprimées au titre du samedi matin,
  • un sur la discussion du baccalauréat professionnel.

Alors quand on me dit ensuite "mais on ne parle pas, on ne négocie pas, on ne signe rien", et c’est vrai pour les autres syndicats, et bien tout simplement on exagère pour ne pas dire des choses plus désagréables.
Ne donnons pas l’impression aux Français que nous ne parlons pas. Et puis vous le savez bien, parce que…, hé bé je vais le dire aux auditeurs, la montée de tension qu’il y a actuellement est quand même liée à quelque chose de très important, qui sont les élections professionnelles qui se tiennent au début du mois de décembre et on voit bien…

- C’est un peu normal ?

- Oui, que tous ces syndicats font un peu du maximalisme, ils veulent montrer qu’ils sont les plus résistants, les plus courageux, que ce sont ceux qui poussent le plus à affronter le ministre parce qu’il y a une logique intersyndicale, tout le monde voit bien."


L’extrait s’achève à 00:04:40.

Darcos est habile.

- Le journaliste évoque 3 organisations, il répond 2 syndicats.
- Il s’agit du primaire, il parle du lycée. Le journaliste ne le reprend pas. Darcos peut poursuivre en citant 2 protocoles qui ne concernent pas le 1er degré, un qui lui est indirectement lié (sur l’IUFM), seul le dernier est effectivement dans l’actualité revendicative.
- Le journaliste parle d’actions syndicales (cf. Communiqué SNUipp), Darcos parle élections professionnelles, maximalisme et affrontement avec le ministre.

Voilà pourquoi il réduisait le débat entre 2 syndicats, il joue le face-à-face, la "concurrence" (il insiste en "révélant" que nous sommes en période d’élections professionnelles).

De fait, le Ministre rappelle un fait connu, le SE-UNSA a signé le relevé de conclusions sur "la nouvelle organisation de la semaine scolaire" [1], pas le SNUipp et Darcos le reconnaît implicitement ("c’est vrai pour les autres syndicats").

C’est vrai.
Oui, dès le 28 septembre 2007 nous avions alerté sur le "moins d’école pour tous, sur les RASED, puis nous n’avons cessé de répéter ces alertes, tant il est vrai qu’il est préférable de se répéter plutôt que de se contredire.
Lorsque nous avons décidé et expliqué notre position contre la signature [2], nous disions, répondant à une attaque bien inutile [3], que "Signer ou ne pas signer ? (…) les deux choix ont une égale dignité" (voir aussi FsC12 n°60 du 14 février 2008).

Les conséquences apparaissent aujourd’hui des annonces (des oukases ?) de Darcos.

Il va même plus loin en déniant à l’UNSA le droit de lutter puisqu’ils ont signé. A l’évidence, Darcos aime les syndicats pieds et poings liés comme d’autres aiment la presse comme le bifteck, saisie.

Si cela tend à valider les choix du SNUipp qui ne nous enferment ni dans une opposition a priori, ni dans un pas à pas à courte vue, on ne peut s’arrêter à l’anecdote, encore moins jouer à qui a eu raison… Nous, personnels et syndicats, citoyens, sommes confrontés à une attitude choisie, il ne s’agit pas de surdité ou d’autisme, mais bien d’un choix. A nous aussi de choisir, accepter l’inacceptable ou lutter.

La ficelle du ministre est grosse, mais elle est bonne. Exit les revendications et les inquiétudes de la profession, tout vient des syndicats et des élections.

Décidément Darcos restera le ministre du mépris, le mépris encore et toujours pour les personnels vus comme incapables de comprendre et de se mobiliser à partir de leur vécu (et… à l’appel des syndicats).

Il est aussi le ministre de la cohérence dans son dépiautage systématique de l’école publique comme dans ses tentatives de domestication et de corsetage des syndicats.

Répondez lui : VOTEZ SNUipp


A voir aussi l’intégralité du Sept Dix de France Inter et donc les questions des auditeurs à X.Darcos avec à 01:43:04, un échange sur les RASED dont la sédentarisation devient expérimentale…

http://radiofrance-podcast.net/podcast/rss_10241.xml (161 Mo)

[1] Est-ce un oubli de sa part si Darcos ne mentionne pas l’autre organisation signataire de ce relevé de conclusion : le SGEN-CFDT ?

[2] en phase avec la majorité des personnels dont nous avions organisé la consultation, confirmé ensuite par la position nationale

[3] cela apparaît crûment aujourd’hui

 

Répondre à cet article

 

39 visiteurs en ce moment

*Top

SNUipp-FSU Aveyron :

- 8 rue de Vienne, les Corniches de Bourran 12000 RODEZ
- Tél : 05.65.78.13.41
- mèl : snu12@snuipp.fr

Permanences :
- Lundi, Mardi, Mercredi, Jeudi, Vendredi les ap.m.
- Mardi, Mercredi, Jeudi les matinées.

Sur Facebook : plan et photos SNUipp-FSU12


©Copyright 2006 - SNUipp-FSU Aveyron, tous droits réservés.