www.snuipp.fr

SNUipp-FSU Aveyron

Thèmes abordés


Vous êtes actuellement : Actu, Infos et Journaux  / SNUipp-Infos 

fontsizeup fontsizedown {id_article} impression s'abonner  à la rubrique {} syndiquer le forum
10 mars 2006

SNUipp-Infos du 10.03.2006

Déclaration des organisations syndicales de salariés et des organisations étudiantes et lycéennes réunies le 9 mars 2006

Les manifestations du 7 mars marquées par un très grand succès constituent une montée en puissance dans la mobilisation et les actions engagées tant chez les salariés que chez les étudiants et les lycéens pour le retrait du CPE.

A ce jour le gouvernement s’obstine.

Les organisations syndicales de salariés, étudiantes et lycéennes réunies ce jour, lui répondent avec force en décidant d’une nouvelle étape de mobilisation qui sera - que le gouvernement n’en doute pas - encore plus forte que la précédente.

Les organisations syndicales de salariés, étudiantes et lycéennes réaffirment leur volonté d’obtenir le retrait du CPE porteur de précarité, discriminatoire pour la jeunesse et donc pénalisant pour l’avenir de la société.

Les organisations syndicales de salariés, étudiantes et lycéennes appellent les salariés et les jeunes à s’engager plus fortement encore dans la bataille contre le CPE.

Elles appellent à réussir la journée de mobilisation du 16 mars décidée à l’initiative des étudiants et lycéens et à une nouvelle journée d’action nationale le samedi 18 mars se traduisant par des manifestations dans toute la France.

Les signataires de cet appel restent en contact permanent et se retrouveront le 18 mars au soir pour examiner la situation.

Liste des organisations réunies : Cfdt, Cgt, Cgt-fo, Cftc, Cfe-cgc, Fsu, Unsa, Solidaires, Unef, Cé, Unl, Fidl.

……………

LECTURE

Commission spécialisée Écoles - 6 mars 2006

Déclaration commune

Les organisations FCPE, SGEN-CFDT, SE-UNSA, SNUIPP-FSU refusent de s’inscrire dans le simulacre de concertation sur le projet de modification des programmes de l’école primaire qui sera soumis à l’avis du prochain CSE. Elles refusent par conséquent de participer aux travaux de cette commission et quitteront la séance après avoir lu cette déclaration.

Contrairement à la démarche qui avait prévalu pour l’élaboration des programmes de 2002, le ministre n’a engagé aucune réflexion approfondie avant d’élaborer le projet d’arrêté qui se rapporte à l’apprentissage de la lecture. Sur ce sujet, pourtant crucial pour l’avenir de tous les jeunes, aucune expertise sérieuse n’a été conduite. Les praticiens, formateurs, chercheurs, corps d’inspection et parents d’élèves n’ont été associés d’aucune façon.

Aucune évaluation des pratiques des enseignants sur le terrain n’a été engagée. Au contraire, les résultats des recherches pouvant apparaître contradictoires avec l’opinion du ministre ont été ignorés ou même discrédités.

Ce projet de modification des programmes s’inscrit pour nous dans une démarche beaucoup plus idéologique que pragmatique.

Il minore le fait que la lecture est une activité complexe et il gomme dans les programmes toute information relative à la diversité des approches dans les écoles et au sein de chaque manuel. Il ouvre ainsi la voie à la préconisation d’un type unique de manuel.

Il ignore que les enfants ont des manières différentes d’entrer dans la lecture et supprime d’un trait de plume tous les acquis professionnels engrangés dans le domaine de l’apprentissage de la lecture par les maîtres avec l’aide des chercheurs depuis quarante ans.

Le déchiffrage comme seule base d’apprentissage de la lecture a été mis en cause à la fin des années 60 parce qu’il ne garantissait pas la compréhension. C’est pour cette raison que les enseignants ont multiplié leurs efforts, se sont mobilisés, pour transformer leurs pratiques afin d’améliorer les performances des élèves. Il s’agit donc aujourd’hui, avec ce projet de texte, d’un considérable retour en arrière.

Enfin ce projet, en stipulant que tous les élèves doivent avoir acquis à la fin du cours préparatoire « les techniques du déchiffrage et les automatismes qui permettent la lecture autonome et l’accès au sens » ignore totalement le fonctionnement en cycles. Il discrédite tous les enseignants qui organisent leur progression en fonction de la diversité des élèves et de leurs rythmes d’acquisition sur l’ensemble du cycle 2 en continuité avec l’école maternelle.

Les organisations s’adressent au ministre pour lui demander d’organiser une évaluation scientifique du travail effectué dans les classes concernant l’apprentissage de la lecture afin d’appréhender leur efficacité respective. Dans l’attente des résultats de cette évaluation, elles lui demandent de surseoir à toute modification des programmes.

 

18 visiteurs en ce moment

*Top

SNUipp-FSU Aveyron :

- 8 rue de Vienne, les Corniches de Bourran 12000 RODEZ
- Tél : 05.65.78.13.41
- mèl : snu12@snuipp.fr

Permanences :
- Lundi, Mardi, Mercredi, Jeudi, Vendredi les ap.m.
- Mardi, Mercredi, Jeudi les matinées.

Sur Facebook : plan et photos SNUipp-FSU12


©Copyright 2006 - SNUipp-FSU Aveyron, tous droits réservés.