www.snuipp.fr

SNUipp-FSU Aveyron

Thèmes abordés


Vous êtes actuellement : Instances Paritaires  / CAPD 

fontsizeup fontsizedown {id_article} impression s'abonner  à la rubrique {} syndiquer le forum
25 février 2009

Mouvement 2009 : de vraies régressions

Groupe de travail du 23 février 2009 : Un seul mouvement - 30 voeux dont des voeux géographiques - Un barème amoindri voire ignoré - Des commissions qui classent… Vers une domestication de la profession ?

Voir aussi "Mouvement 2009 : zones géographiques"

Nous avions rencontré en audience M. Legrand (encore IA12) le 18 décembre sur ces questions (cf. FsC12 n°64 janvier ici). Depuis le recteur a précisé ses instructions en CTPA. L’ensemble des départements de l’académie sont donc tenus d’appliquer certaines dispositions communes. Pour l’essentiel, elles tendent à contourner les représentants des personnels et à faciliter le travail de l’administration. Quant aux intérêts des personnels, on ne peut pas dire, là non plus, que ce soit le premier objectif de cette réforme…

Un seul mouvement

L’administration veut parvenir à placer le plus grand nombre de personnels en une seule opération. Pour cela, elle impose aux personnels sans poste d’effectuer un certain nombre de vœux géographiques. Si les personnels ne sont pas nommés sur un des postes qu’ils ont demandé, l’administration, dans la phase dite « d’ajustement » suivant immédiatement le traitement des vœux, nommera les collègues en fonction de leurs vœux géographiques. Le second mouvement disparaît donc.

Sachant que l’administration limite le nombre de vœux à 30 (contre 99 jusqu’alors) que sur ces 30 vœux, pour les sans poste, elle compte obligatoirement 10 vœux géographiques, on mesure un resserrement certain des possibilités de choix. Le SNUipp a demandé que le nombre de vœux géographiques obligatoires soit réduit de moitié. Sachant que si plus de 220 personnels obtenaient satisfaction sur leur vœux n° 1 à 25, une trentaine obtenaient leur vœu n° 26 à 99 et plus de 120 restaient sans poste (en moyenne sur les cinq derniers mouvements), ce sont donc autour de 150 collègues qui pourraient être concernés par cette phase d’ajustement.

Des représentants paritaires moins consultés

Quand on sait quel pointillisme préside, depuis des années, à l’élaboration du 2nd mouvement, on peut craindre que les représentants des personnels ne soient pas assez associés (ce n’est plus obligatoire !) à cette phase d’ajustement et donc que les intérêts des personnels ne soient pas défendus comme ils l’étaient jusqu’alors.

Autre élément, l’administration prévoit d’informer individuellement et directement (par e-prof) chacun des collègues de leur possible affectation et ce, une semaine à 10 jours AVANT la CAPD. Au-delà de l’évidence d’un contournement des représentants des personnels en CAPD, on mesure le risque pris par l’administration qui annoncerait une possible affectation sans avoir croisé et vérifié ses résultats avec les représentants des personnels.

Par ailleurs, le SNUipp12 voit avec quelque ironie notre administration pratiquer ce qu’elle condamnait hier (et parfois avec beaucoup de véhémence), l’information préalable à la CAPD. Le SNUipp12 regrette cependant qu’on n’aille pas au bout d’une réelle transparence sur les opérations du mouvement qui exigerait de travailler réellement à « livres ouverts » comme cela s’est fait dans de nombreux départements.

Le SNUipp12 continuera à apporter à chaque personnel les informations qui permettront à chacun de comprendre et vérifier les dispositions le concernant.

Il y aura d’ailleurs nécessité pour les représentants des personnels de croiser plus précisément et plus largement avec les personnels compte tenu des modifications du barème.

Un barème modifié

Le barème précédent, depuis que le SNUipp avait réussi à faire retirer la note, s’établissait comme suit : A+E/4. L’ancienneté demeure, par contre chaque enfant à charge comptera pour 1 point. A ceci s’ajoutent :

H : la prise en compte de la situation de handicap du personnel, de son conjoint, d’un enfant (10 points) ;

R : une bonification pour résidence séparée d’un enfant de 18 ans ou moins (1 point / an à 50 km ou plus)

P : une bonification pour situation professionnelle particulière

- 3 points pour stabilité sur le même poste après 3 ans

- 5 points pour mesure de carte scolaire.

Ce qui donne le barème suivant : A + E + H + R + P

Contre le barème, des commissions renforcées

Depuis des années, le SNUipp dénonce le renforcement insidieux du rôle des commissions et la prolifération des postes à profils. Comme dirait Sarkozy, c’est la fin de l’hypocrisie : Les commissions seront désormais classantes, c’est-à-dire qu’elles n’auront pas pour objectif de vérifier l’adéquation entre les compétences et les motivations des personnels vis-à-vis des postes (elles émettaient des avis -favorables ou défavorables- et c’est le barème qui départageait) ; désormais elles classeront les candidats. Exit le barème qui sera totalement ignoré (c’était déjà dans la circulaire Darcos).

Devant les réactions syndicales, l’IA a réfuté qu’il puisse s’agir d’une gestion « à la tête du client » arguant qu’il existe des personnels jeunes et compétents qui, faute d’un barème suffisant, sont barrés sur tel ou tel poste. L’argument étant connu, ayant toujours beaucoup servi pour maintenir et renforcer les injustices mais aussi pour refuser à tous une juste rémunération, le SNUipp12 n’a pas été convaincu.

Outre le renforcement du rôle des commissions, le nombre de postes soumis à ces avis a été augmenté, et on voit apparaître parmi ceux-ci les postes de directeurs d’écoles à 10 classes et plus. Là encore, aux critiques syndicales, l’IA a opposé un long plaidoyer où il a été question de loyauté, d’établissements, de l’inexorable marche du monde, de l’attitude systématiquement négative des syndicats sur la direction. De fait, l’IA s’inscrit pleinement dans les réformes en cours ou esquissées (les EPEP et autres). Le SNUipp12 a souligné que si l’administration cherche des chefs d’établissement, les personnels cherchent à rester des enseignants.

En conclusion, on discerne effectivement les éléments qui concourent à décrire une tentative de domestication de la profession par le renforcement du poids de la hiérarchie dans la carrière et les tentatives d’affaiblissement du rôle des représentants et des droits des personnels.

Les appels de plus en plus fréquents à une loyauté inconditionnelle deviennent un leitmotiv inquiétant. Les enseignants aiment faire leur métier, ce n’est pas cette loyauté-là, qui ne demande qu’à s’exercer, qui n’a pas besoin d’être rappelée, sollicitée encore moins d’être imposée, qu’on nous réclame désormais. Cela devrait interroger non seulement tous les collègues mais aussi toute la hiérarchie.

Ces modifications des règles, qui prennent tout leur sens parmi toutes les réformes en cours, pour quelques éléments plutôt positifs (ex. : la prise en compte du handicap), forment un ensemble clairement régressif. On ne voit pas bien en quoi cela confortera les collègues dans leur rôle d’enseignant et l’école dans ses missions.

Sans nul doute un signe de plus du divorce entre les personnels et son administration.

 

Répondre à cet article

 

20 visiteurs en ce moment

*Top

SNUipp-FSU Aveyron :

- 8 rue de Vienne, les Corniches de Bourran 12000 RODEZ
- Tél : 05.65.78.13.41
- mèl : snu12@snuipp.fr

Permanences :
- Lundi, Mardi, Mercredi, Jeudi, Vendredi les ap.m.
- Mardi, Mercredi, Jeudi les matinées.

Sur Facebook : plan et photos SNUipp-FSU12


©Copyright 2006 - SNUipp-FSU Aveyron, tous droits réservés.