www.snuipp.fr

SNUipp-FSU Aveyron

Thèmes abordés


Vous êtes actuellement : Actions  / Droits et Libertés 

fontsizeup fontsizedown {id_article} impression s'abonner  à la rubrique {} syndiquer le forum
30 mars 2010

DÉCLARATION de la FSU au C.T.P.D. du 30 mars 2010

Face aux atteintes aux droits des personnels et au paritarisme quelle que soit l’organisation syndicale concernée, la FSU et le SNUipp s’adressent solennellement à l’IA.

à voir aussi le Compte-Rendu du CTPD et l’article Au pays de Oui-Oui

M. l’Inspecteur d’Académie,

la FSU avait initialement prévu une prise de parole d’ordre général, les propositions de mesure de carte scolaire, le budget, les dernières déclarations du président de la république, la circulaire de rentrée 2010, les derniers propos du porte-parole du gouvernement et quelque peu ministre de l’Education, il y a là une actualité fort riche qui nous permettrait de clarifier nos positions.

Mais par plusieurs décisions, interventions et même circulaire que vous avez commises, vous nous obligez à dénoncer ce que nous espérons être une malencontreuse addition plutôt qu’une intention délibérée, une mauvaise série plutôt qu’une politique assumée.

Depuis l’hiver dernier, M. l’inspecteur d’académie, vous êtes d’abord intervenu contre l’organisation du congrès de la FSU 12 au lycée Foch pour, après notre intervention par téléphone, finalement l’admettre. Vous avez publié une circulaire le 1er mars dans laquelle en dépit du droit constitutionnel et à l’encontre du statut général des fonctionnaires, vous avez écrit : « La liberté d’opinion des enseignants est limitée. ». Vous avez dénié le droit à des collègues officiellement désignés par leurs pairs de participer à un congrès national, là aussi après intervention au plus haut niveau, vous avez finalement accepté. Dans les tout derniers jours, vous avez encore refusé à une collègue par ailleurs représentante d’une organisation syndicale l’autorisation de participer à une réunion académique.

À propos de la circulaire du 1er mars, le SNUipp et la FSU vous ont répondu par courrier de manière circonstancié et étayé directement par les textes en vigueur dans le but de rétablir le droit des enseignants. Nous vous avons demandé un rectificatif. En effet, vous avez porté un coup contre les droits et libertés des enseignants, il ne nous paraît pas sain d’en rester là pour les personnels comme pour leur encadrement. Les organisations syndicales CFDT, CGT, FSU, Solidaires et UNSA et leurs organisations de l’Education vous ont écrit dans le même sens.

Concernant le droit syndical, vous invoquez les nécessités du service pour valider vos refus. M. l’Inspecteur d’Académie, la continuité du service public d’éducation est une charge que nous assumons quotidiennement dans nos écoles y compris quand vous ne faites pas votre part, par exemple en ne remplaçant pas un voire plusieurs collègues absents. Il s’agit bien de cela aussi M. l’Inspecteur d’Académie : de plus en plus souvent, les représentants syndicaux et les commissaires paritaires ne sont plus remplacés. On voudrait empêcher le paritarisme qu’on ne s’y prendrait pas autrement ; or c’est un droit lié à notre statut de fonctionnaires. M. l’Inspecteur d’Académie si vous avez dernièrement singulièrement mis en cause les droits des personnels et de leurs représentants ; vous n’êtes pas seul à pratiquer ainsi puisqu’il semble que désormais le rectorat ait pris la main en collectant les listes des intentions préalables. Il y a fort longtemps dans notre pays qu’on n’avait pas constitué de listes de grévistes…

Un fort mauvais vent souffle sur l’école et ses personnels depuis quelques années au point que certains tentent désormais de restreindre les droits et les libertés. Le 23 mars dernier, les personnels ont clairement dit leur détermination et ce ne sont pas les quelques picaillons qu’annonce M. Châtel qui parviendront à nous diviser.

Pour ce qui vous revient M. l’Inspecteur d’Académie, vous pouvez encore choisir la voie du dialogue. Nous attendons de vous deux signes clairs : d’abord l’annulation de votre décision de retrait d’un trentième pour la collègue de Solidaires qui a participé à une réunion de son organisation dans le cadre du droit syndical, ensuite une clarification et un retour à la lettre et à l’esprit des textes sur la liberté d’opinion des fonctionnaires.

 

Répondre à cet article

 

23 visiteurs en ce moment

*Top

SNUipp-FSU Aveyron :

- 8 rue de Vienne, les Corniches de Bourran 12000 RODEZ
- Tél : 05.65.78.13.41
- mèl : snu12@snuipp.fr

Permanences :
- Lundi, Mardi, Mercredi, Jeudi, Vendredi les ap.m.
- Mardi, Mercredi, Jeudi les matinées.

Sur Facebook : plan et photos SNUipp-FSU12


©Copyright 2006 - SNUipp-FSU Aveyron, tous droits réservés.