www.snuipp.fr

SNUipp-FSU Aveyron

Thèmes abordés


Vous êtes actuellement : Actu, Infos et Journaux  / Infos Nationales 

fontsizeup fontsizedown {id_article} impression s'abonner  à la rubrique {} syndiquer le forum
1er septembre 2010

Baisse historique des dépenses d’Education

Les élèves paient la facture scolaire.

SUPPRESSIONS de POSTES


Après 40.000 suppressions de postes entre 2008 et 2010, le ministre affirme sans rire "qu’on peut faire sans problème 16.000 suppressions de postes en 2011 ». Ces suppressions s’ajoutent aux 16 000 réalisées à cette rentrée.

Cette annonce ne constitue malheureusement pas une surprise, reste encore à connaître la répartition des suppressions entre le premier et le second degré ! Alors que les effectifs sont toujours en augmentation dans les écoles, nul doute que ces suppressions se traduiront par une nouvelle dégradation des conditions d’apprentissage pour nos élèves.

En avril dernier, la divulgation de 13 fiches demandant aux recteurs de traquer les emplois d’enseignants, confirmait les craintes, notamment pour l’école primaire. Cherchant à « améliorer la disponibilité de la ressource enseignante », le ministère fait des préconisations détaillées : envoi des enseignants des Rased (réseaux d’aide spécialisée) dans les classes, optimisation de l’enseignement des langues dans le premier degré en limitant au maximum le recours à des intervenants, baisse de la scolarisation des moins de trois ans, augmentation des effectifs par classe, réduction des remplacements dans le premier degré…

Au début de l’été, le ministère a également de nouveau mis en danger le fonctionnement de mouvements pédagogiques et de certaine associations en réduisant les moyens accordés.

C’est un nouvel appauvrissement des ambitions éducatives de notre pays, mettant en jeu la réussite des élèves, notamment celle des plus fragiles qui risquent d’être les premières victimes de ces choix budgétaires.

La lutte contre les inégalités scolaires nécessite de faire de l’ Education une priorité.

Comme pour les retraites, le gouvernement justifie cette baisse par la démographie. Il nous explique que l’on peut mieux enseigner avec moins d’enseignants et plus d’élèves par classe.


PIB et DEPENSES d’EDUCATION


Rapport de la Cour des comptes : l’école primaire est sous-dotée !

La Cour des Comptes a rendu un rapport le 12 mai dernier concernant l’Education nationale face à l’objectif de la réussite de tous les élèves.

La Cour rappelle que la part de la richesse nationale (PIB) consacrée à l’éducation a baissé de 4,5% en 1995 à 3,9 % en 2006 et que les crédits en faveur de l’école primaire sont actuellement inférieurs de 5 à 15% aux budgets accordés à ce niveau par des pays comparables.

Si le SNUipp partage les préoccupations de la cour d’accroître les moyens alloués au primaire, il réaffirme que la mise en oeuvre de ces préconisations nécessite d’autres moyens pour l’école !


SARKOZY, ELEVE MEDIOCRE de l’ECONOMIE de la CONNAISSANCE ?


Le rapport souligne que dans l’enseignement primaire, la France se caractérise par un coût salarial par élève nettement plus faible que dans la moyenne des pays de l’OCDE : elle est en 25ème position sur 30 pays. Cet écart s’explique par plusieurs facteurs : le salaire des enseignants y est plus faible, le temps d’enseignement plus long et la taille des classes plus importante.


La proportion de bacheliers stagne


La proportion de bacheliers par génération s’est envolée à partir de 1988, mais depuis la fin des années quatre-vingt-dix, elle stagne, elle baisse même pour ce qui concerne le bac technologique. On est encore loin de l’objectif visant à porter 80 % de chaque classe d’âge au moins jusqu’au baccalauréat.

Si la dépense par élève a progressé en France de 5,9 % entre 2000 et 2008, passant de 7 350 à 7 780 euros par an, on est loin des besoins, l’urgence pouf la France étant d’augmenter le nombre d’élèves, notamment en réduisant l’échec scolaire.


L’ECHEC AUGMENTE


Selon des données officielles qui demandent à être actualisées, durant la période 2004-2006 comparée à 2002-2004, le nombre de jeunes sortant du système de formation initial avec un diplôme d’études longues a diminué de 0,9 %, la part des diplômés d’études supérieures techniques et professionnelles courtes a baissé de 8,8 %.

À l’inverse, les sortants du système scolaire sans formation ou avec le seul brevet des collèges ont augmenté de 20,9 %,

Durant ces années 2004-2006, 141 000 jeunes étaient chaque année dans cette situation contre 117 000 dans la période précédente.

 

23 visiteurs en ce moment

*Top

SNUipp-FSU Aveyron :

- 8 rue de Vienne, les Corniches de Bourran 12000 RODEZ
- Tél : 05.65.78.13.41
- mèl : snu12@snuipp.fr

Permanences :
- Lundi, Mardi, Mercredi, Jeudi, Vendredi les ap.m.
- Mardi, Mercredi, Jeudi les matinées.

Sur Facebook : plan et photos SNUipp-FSU12


©Copyright 2006 - SNUipp-FSU Aveyron, tous droits réservés.