www.snuipp.fr

SNUipp-FSU Aveyron

Thèmes abordés


Vous êtes actuellement : Actu, Infos et Journaux  / Déclarations et Communiqués de Presse 

fontsizeup fontsizedown {id_article} impression s'abonner  à la rubrique {} syndiquer le forum
8 septembre 2010

Déclaration FSU12 - 7 septembre 2010 - Rodez

Tout l’été, les luttes se sont succédées, le gouvernement aux abois cherchait une réponse. Mais il est dit qu’ils n’ont aucune imagination. Toujours ils pointent leur doigt, ils crachent leur venin, ils désignent des coupables. Haines, exclusions, divisions, et leurs troupes montent à l’assaut.

Les coups portent, des hommes des femmes des enfants, déjà parmi les plus pauvres, sont pourchassées, renvoyées à une pauvreté plus profonde encore.

Mais le bruit des bottes ça n’est pas assez pour ce gouvernement et ses amis : l’un crache sur la « mendicité agressive », l’autre dénonce ceux qui dépensent l’allocation de rentrée scolaire.

Leur véritable cible, c’est LE pauvre… Car c’est pour son bien qu’on expulse et il n’est même pas reconnaissant le pauvre, c’est pour son bien qu’on le licencie mais il ne comprend pas le pauvre, c’est pour son bien qu’on ne construit pas assez de logements sociaux mais il ne remercie pas le pauvre, c’est pour son bien que les profits augmentent d’autant que diminuent les salaires, c’est une évidence que ne voit pas le pauvre, c’est pour notre bien qu’on construit des prisons et qu’on ferme des classes…

Oui quand monte haut l’exaspération du peuple, ils font toujours les mêmes abjectes réponses. Autrefois il y eut les apaches des fortifs, l’Italien et son couteau, l’Espagnol rouge puis l’arabe, le black, maintenant le Rom. Le jeune aussi est souvent désigné, trop remuant le jeune, mais les vieux aussi qui coûtent trop chers.

Chacun ici le sait très bien et jamais ne doit l’oublier, pour mieux faire plier le balayeur, la femme de ménage, tous les travailleurs, les accapareurs, les profiteurs, ceux qui se votent des retraites chapeaux, ceux-là rêvent d’un peuple divisé ; car quand le peuple se rassemble, de tous métiers, de tous âges, de toutes les couleurs, le monde ancien tremble.

A voir le MEDEF qui acclame Woerth et se tait toujours devant les divisions, l’exclusion et la haine, on voit bien où est le monde ancien. Il est dans le fait-divers médiatique et le matraquage sécuritaire. Il est dans le refus de la jeunesse et les fermetures de classes, il est dans le refus de la solidarité et les fermetures d’hôpitaux, il est dans la négation de l’intérêt général et la casse de la retraite à 60 ans, il est dans la mise en concurrence de tous les travailleurs entre eux pour le plus grand profit de quelques-uns.

Qu’on ne s’y trompe pas, nous sommes tous des balayeurs et tous des nomades, d’hier ou d’avant-hier, de ce matin, tous débarqués d’Italie, tous du Mali, tous de Roumanie ou de Bondy. Tous fils et filles d’une histoire qu’on n’oublie pas. L’histoire de ceux qui, en se dressant contre les pires violences et le racisme d’Etat, ont écrit « les Jours Heureux », le programme du Conseil National de la Résistance, cette histoire est la nôtre. Ils ne voulaient plus des divisions et des conflits d’intérêts, comme leurs aînés de 1793 ils ont porté l’intérêt général, ils ne voulaient plus de l’argent roi fauteur de toutes guerres et d’abord de la guerre sociale, ils ne voulaient plus de malades abandonnées à l’indigence, ils ont imaginé la Sécurité Sociale, ils ne voulaient plus de vieux dans la misère noire, ils ont inventé la retraite par répartition.

Ici même, il y a des témoins et des acteurs de la conquête de la retraite à 60 ans. Des vieux qui se battent encore ! Et pas pour eux seulement, pour les jeunes surtout. Et justement ici même il y a des jeunes.

Place aux jeunes ! Oui, il faut faire place aux jeunes, refusons la stratégie du gouvernement et du Medef.

Place aux jeunes ! Non le grand-père ne peut faire concurrence à sa petite-fille.

Pour la FSU, il est primordial qu’on fasse place aux jeunes, qui par l’école et le travail sont la richesse de ce pays.

Il est urgent qu’on renverse les choses : que 85% de l’effort échoit aux salariés est d’une incohérence économique totale. Au lieu de toujours plus de profits, au lieu de gel des salaires des fonctionnaires, c’est d’une augmentation immédiate des salaires et des pensions dont ce pays a besoin. Alors qu’au pays même du libéralisme, les Etats-Unis, le système a montré ses impasses, nos gouvernants et le MEDEF n’ont de cesse que d’étrangler le Service Public et la Protection Sociale.

Services Publics, Protection Sociale, Retraites : ce sont des conquêtes sociales, nos aînés les ont imposées, ce sont nos droits et c’est un dû. Nos aînés les ont gagnées, ils ne nous les enlèveront pas.

A la fin nous sommes las de ce monde ancien…

Pour nos vieux, pour nous, pour nos enfants, place aux jeunes, place au peuple, à la retraite à 60 ans à taux plein, à un pays juste, ouvert et solidaire.

 

41 visiteurs en ce moment

*Top

SNUipp-FSU Aveyron :

- 8 rue de Vienne, les Corniches de Bourran 12000 RODEZ
- Tél : 05.65.78.13.41
- mèl : snu12@snuipp.fr

Permanences :
- Lundi, Mardi, Mercredi, Jeudi, Vendredi les ap.m.
- Mardi, Mercredi, Jeudi les matinées.

Sur Facebook : plan et photos SNUipp-FSU12


©Copyright 2006 - SNUipp-FSU Aveyron, tous droits réservés.