www.snuipp.fr

SNUipp-FSU Aveyron

Thèmes abordés


Vous êtes actuellement : Instances Paritaires  / CTSD, CDEN, Mesures de Carte 

fontsizeup fontsizedown {id_article} impression s'abonner  à la rubrique {} syndiquer le forum
8 septembre 2010

Déclaration FSU12 - CDEN 8 septembre 2010

Quand les personnels n’ont d’autres perspectives que l’accumulation des difficultés, quand notre Ministère paraît se désintéresser des fondements même de l’Education, dans un navire sans boussole qui semble promis au démembrement, les enseignants se sentent décidément bien seuls à vouloir éviter le naufrage à leurs élèves.

Hier, quelques jours seulement après la rentrée des classes, la mobilisation pour les retraites, l’emploi et les salaires a été sans précédent : dans le primaire, de nombreuses écoles étaient fermées, près de 60 % des enseignants en grève (En Aveyron, 70% des professeurs des écoles ont fait grève). Le gouvernement ne peut plus se contenter de faire la sourde oreille. Il doit au plus vite faire des propositions concrètes pour un projet de réforme des retraites équitable et pour une relance de l’emploi et du pouvoir d’achat.

La Cour des Comptes a rendu un rapport le 12 mai dernier concernant l’Education nationale face à l’objectif de la réussite de tous les élèves. La Cour rappelle que la part de la richesse nationale (PIB) consacrée à l’éducation a baissé de 4,5% en 1995 à 3,9 % en 2006 et que les crédits en faveur de l’école primaire sont actuellement inférieurs de 5 à 15% aux budgets accordés à ce niveau par des pays comparables.

Le rapport souligne que dans l’enseignement primaire, la France se caractérise par un coût salarial par élève nettement plus faible que dans la moyenne des pays de l’OCDE : elle est en 25ème position sur 30 pays.

La proportion de bacheliers par génération s’est envolée à partir de 1988, mais depuis la fin des années quatre-vingt-dix, elle stagne, elle baisse même pour ce qui concerne le bac technologique. On est encore loin de l’objectif visant à porter 80 % de chaque classe d’âge au moins jusqu’au baccalauréat.

Selon des données officielles qui demandent à être actualisées, durant la période 2004-2006 comparée à 2002-2004, le nombre de jeunes sortant du système de formation initial avec un diplôme d’études longues a diminué de 0,9 %, la part des diplômés d’études supérieures techniques et professionnelles courtes a baissé de 8,8 %. À l’inverse, les sortants du système scolaire sans formation ou avec le seul brevet des collèges ont augmenté de 20,9 %. Durant ces années 2004-2006, 141 000 jeunes étaient chaque année dans cette situation contre 117 000 dans la période précédente.

Après 50 000 suppressions de postes en 4 ans, le ministre affirme sans rire "qu’on peut faire sans problème 16.000 suppressions de postes en 2011 ». Ces suppressions s’ajouteraient aux 16 000 réalisées à cette rentrée.

En avril dernier, la divulgation de 13 fiches demandant aux recteurs de traquer les emplois d’enseignants, confirmait les craintes, notamment pour l’école primaire. Cherchant à « améliorer la disponibilité de la ressource enseignante », le ministère fait des préconisations détaillées : envoi des enseignants des Rased (réseaux d’aide spécialisée) dans les classes, optimisation de l’enseignement des langues dans le premier degré en limitant au maximum le recours à des intervenants, baisse de la scolarisation des moins de trois ans, augmentation des effectifs par classe, réduction des remplacements dans le premier degré…

La prise de fonction d’enseignants non formés a largement été commentée par la presse. L’étonnement est profond chez le profane, chez les personnels c’est un sentiment proche du dégoût qui prédomine quand ils entendent les arguties du ministre expliquant que la formation sera « plus longue ». Mais il ne trompe personne, le but de cette opération était bien d’économiser le coût d’une année de stagiaires. Fort heureusement l’idée qu’ « Enseigner est un métier qui s’apprend » fait son chemin.

Le contentieux est grand, du coup le ministère nous ressort le vieux serpent de mer des rythmes scolaires. De même, on fait grand bruit autour de quelques collèges qui feront du sport l’après-midi oubliant que cela a déjà été fait (et abandonné) à une bien plus grande échelle du temps de Guy Drut, oubliant aussi qu’on ferme à tour de bras des postes d’enseignants d’EPS…

Nous l’avons déjà dénoncé ici, le gouvernement en matière d’éducation a choisi : les effets d’annonces coûtent beaucoup moins chers que la réussite scolaire, fini l’éducation et vive les coups médiatiques.

Ce nouvel appauvrissement des ambitions éducatives de notre pays met directement en jeu et la réussite des élèves et l’avenir du service public d’éducation nationale.

En Aveyron, votre politique, M. l’Inspecteur d’Académie, ne déroge pas à la règle, comment le pourrait-elle d’ailleurs ?

Vous avez décidé de nous priver d’un bon quart de notre capacité de remplacement alors même que nous sortons de plusieurs années difficiles pour le remplacement et que, comme c’était prévisible, la situation est déjà tendue dès la rentrée. Vous poursuivez votre politique de non scolarisation dès 2 ans. Des RASED seront inopérants durant cette année scolaire. Et vous nous dites préparer des lendemains pire encore.

La FSU l’a déjà dénoncé : tout se passe comme si le Ministère comptait faire sans les enseignants voire contre les enseignants.

Si l’exemple du cynisme vient du plus haut sommet de l’Etat, il a des conséquences tous les jours dans nos classes. Quand les personnels n’ont d’autres perspectives que l’accumulation des difficultés, quand notre Ministère paraît se désintéresser des fondements même de l’Education, dans un navire sans boussole qui semble promis au démembrement, les enseignants se sentent décidément bien seuls à vouloir éviter le naufrage à leurs élèves.

 

10 visiteurs en ce moment

*Top

SNUipp-FSU Aveyron :

- 8 rue de Vienne, les Corniches de Bourran 12000 RODEZ
- Tél : 05.65.78.13.41
- mèl : snu12@snuipp.fr

Permanences :
- Lundi, Mardi, Mercredi, Jeudi, Vendredi les ap.m.
- Mardi, Mercredi, Jeudi les matinées.

Sur Facebook : plan et photos SNUipp-FSU12


©Copyright 2006 - SNUipp-FSU Aveyron, tous droits réservés.