www.snuipp.fr

SNUipp-FSU Aveyron

Thèmes abordés


Vous êtes actuellement : Actu, Infos et Journaux  / Déclarations et Communiqués de Presse 

fontsizeup fontsizedown {id_article} impression s'abonner  à la rubrique {} syndiquer le forum
12 avril 2011

Déclaration FSU12

CDEN du 11 avril 2011

Avec à nouveau 16 000 suppressions de postes, il était prévisible que notre département serait durement touché.

Pour les écoles, le coût est de 20,5 suppressions de postes devant les classes et 3,5 d’ETP Intervenants Langues Vivantes. En 12 ans, l’Aveyron aura accueilli près de 1681 élèves supplémentaires et perdu 106 postes ! Toujours plus avec toujours moins !

Vous avez choisi, M. l’Inspecteur d’Académie, de toucher le moins possible les postes devant élèves. Il est utile de rappeler ici qu’aucun poste n’était de trop, tous sont utiles à nos élèves voire indispensables. Le gouvernement, la majorité parlementaire, le Ministère, le Rectorat, les Inspecteurs d’Académie, par une succession de budgets entièrement soumis au dogme du non-remplacement d’un fonctionnaire sur deux partants à la retraite, ont clairement abandonné toute ambition de qualité et ont créé une situation intenable dans les écoles. Désormais faute de coordonnateurs, de postes « musées », c’est la qualité et le travail d’équipe qui sont en danger ; faute de RASED, c’est la grande difficulté scolaire qui est occultée, etc. Pour chacun de ces postes supprimés combien de travail supplémentaire sera demandé aux collègues dans les écoles ? Faute de remplaçants, la situation vécue sur le terrain est proprement catastrophique depuis la rentrée ou presque : des écoles connaissent une rotation des remplaçants jamais vue ; des collègues se voient devoir répartir pendant une semaine et plus, une ou plusieurs classes sans enseignant ; d’autres se retrouvent face à une cinquantaine d’élèves plusieurs jours de suite… Et partout les effectifs grimpent dans les classes.

Dans le 2nd degré, ce sont les lycées qui paient en Aveyron le plus lourd tribut à la politique d’austérité conduite par ce gouvernement : moins 13 postes en lycée général et technologique, moins 4 postes en lycée professionnel.

L’offre pédagogique est à nouveau réduite. Ainsi par exemple, en Aveyron, les élèves de 6ème et 5ème, n’auront désormais plus la possibilité de suivre l’enseignement de l’allemand en première langue vivante.

L’autonomie accrue des établissements est devenue synonyme de gestion de la pénurie et on place les conseils d’administration devant la responsabilité de choisir ce qui ne sera plus assuré demain faute de moyens.

Les suppressions sont directement en lien avec des réformes qui sont très largement et vivement remises en cause : la majorité des organisations syndicales a affirmé leur opposition à la réforme de la Première, des instances comme le Conseil Supérieur de l’Éducation et le Comité Interprofessionnel Consultatif ont plus particulièrement rendu un avis négatif sur les projets de programmes ou sur la nouvelle architecture des séries STI2D, STL, STD2A, et, dans le même temps, les Régions, n’ayant pas été associées à la définition des coûts de formation pour la prochaine rentrée, ont exprimé des critiques légitimes sur la mise en œuvre de cette réforme et s’interrogent encore sur les possibilités de financement des équipements.

Ces réformes, pédagogiquement fortement contestées, apparaissent crûment pour ce qu’elles sont le plus souvent : des outils structurels pour récupérer des moyens. Et malgré tout, on voudrait nous faire croire que la question des moyens n’est qu’une question annexe… et qu’avec toujours moins, les personnels pourront faire toujours mieux. C’est la même logique qui a présidé à la quasi suppression de la formation initiale : comment justifier que l’on fera mieux le travail d’enseignant sans y avoir été formé ? Désormais, le Ministre rêve à haute voix d’une armée de précaires levée grâce à Pôle Emploi pour assurer le remplacement.

Et c’est avec ça que nous construirions l’avenir ?

La FSU ne se résignera pas à cet abandon de poste : pour nos élèves, pour notre pays, pour que nous puissions continuer à être fiers de nos métiers, nous continuerons à nous opposer aux contre-réformes et à l’abaissement du service public d’éducation nationale.

 

24 visiteurs en ce moment

*Top

SNUipp-FSU Aveyron :

- 8 rue de Vienne, les Corniches de Bourran 12000 RODEZ
- Tél : 05.65.78.13.41
- mèl : snu12@snuipp.fr

Permanences :
- Lundi, Mardi, Mercredi, Jeudi, Vendredi les ap.m.
- Mardi, Mercredi, Jeudi les matinées.

Sur Facebook : plan et photos SNUipp-FSU12


©Copyright 2006 - SNUipp-FSU Aveyron, tous droits réservés.