www.snuipp.fr

SNUipp-FSU Aveyron

Thèmes abordés


Vous êtes actuellement : TOUS les Personnels  / ESPE et début de carrière 

fontsizeup fontsizedown {id_article} impression s'abonner  à la rubrique {} syndiquer le forum
21 avril 2011

Postes EMF supprimés, stagiaires sacrifiés et mouvement atrophié

Que reste-t-il de la formation initiale ?

A la rentrée 2011, l’Aveyron accueillera seulement 8 PES (professeur des écoles stagiaires) au lieu de 22 cette année, de ce fait l’IA supprime des postes d’EMF (Enseignant Maitre Formateur) sur le département…

Petit bilan et perspective par rapport à cette « formation ».

Le bilan

Après une période de compagnonnage auprès d’un EMF de septembre aux congés d’automne, très appréciée, les PESP sont utilisés, cette année, comme remplaçants et donc envoyés dans des stages (normalement stages de formation) pour le moins divers et parfois compliqués : postes fractionnés, CLIS, ZEP…Pendant ce temps d’autres PESP sont envoyés en remplacement de congés longs jusqu’à la fin de l’année, leurs stages s’apparentent donc à faire liste supplémentaire pendant un an !

Qu’en est-il des étudiants en master ?

De ce coté aussi, on ne peut que constater un abandon flagrant de la formation :

- les étudiants inscrits en master doivent faire un mémoire, ils sont suivis par des enseignants chercheurs qui ne sont pas des pédagogues, ils construisent des mémoires universitaires de recherche et les EMF sont sollicités pour aider à leur construction, fournir des lieux d’expérimentation et apporter des aides dans les lectures et recherches. Les enseignants qui ne sont pas EMF ne peuvent assurer ce suivi en plus de leur temps de travail. En conséquence beaucoup d’étudiants se retrouvent seuls pour construire leur mémoire et la dimension pratique de leur travail est très réduite et même parfois absente. Où est la formation au métier d’enseignant dans ces conditions ?

- les étudiants en master 2 ayant réussi la partie écrite du concours sont envoyés en stage en responsabilité pendant 15 jours sans aucune visite. Ils sont lâchés et laissés seuls face à leurs premières expériences de classe. Il ne s’agit pas de formation dans ces conditions !

- les stages d’observation et pratique accompagnée effectués par les étudiants en Master ne donnent lieu a aucune évaluation, cela est également révélateur de l’importance donnée à la formation pratique au métier d’enseignant, aucune importance ?!

Pourtant les étudiants sont demandeurs de tels stages car cette confrontation avec la réalité d’une classe soutenue par un enseignant EMF aide à la formation. Ils expliquent que cette dimension pratique est cruellement absente à l’université. Les MAT – Maîtres d’Accueil Temporaires – (sollicités pour les stages d’observation et pratique accompagnée dit SOPA) n’ont pas à faire ce travail de retour et analyse des pratiques avec les étudiants de Master 1, "ils sont là pour montrer sans expliquer" alors que les EMF doivent former !

La formation pratique des P.E s’éloigne donc encore.

Et l’an prochain alors ?

- SUPPRESSIONS DE POSTES D’EMF : La gestion comptable des postes d’enseignants EMF ( moins de stagiaires donc moins d’EMF) montre que l’administration n’accorde guère de considération (aucune ?) du travail fourni par les personnels nommés sur ces postes. On propose aux EMF dont les postes seront supprimés de faire MAT l’an prochain !

- LA FORMATION INITIALE sera bel et bien la dernière roue de la charrette. Cette fois c’est clair, l’administration considère les stagiaires avant tout comme des moyens d’enseignement, reléguant les nécessités de formation initiale au second plan.

Les choix effectués de suppressions de postes et de non remplacement des départs à la retraite, de « sous calibrage » des postes au concours, selon l’expression même de l’administration, vont entraîner une situation inédite sur certains départements : moins d’enseignants que de postes.

- LES STAGIAIRES SERONT SUR POSTES dès la rentrée. Alors que cette année, ils n’ont pris la pleine responsabilité de la classe qu’après les vacances d’automne (et que la nécessité d’entrée progressive dans le métier a été largement plébiscitée par ces collègues), l’administration, sur injonction du ministère, va les projeter dès le 1er septembre en responsabilité dans leur classe.

Ces décisions auront un impact profond sur la formation continue et le mouvement des personnels.

- LA FORMATION CONTINUE sera amputée fortement d’une part par la nécessité d’utiliser les BDFC (remplaçants formation continue) pour remplacer les stagiaires durant les « périodes de formation », d’autre part par le manque de moyens de remplacement BD congés maladie auquel l’administration devra palier par l’utilisation de Brigades de remplacement formation continue

- LE MOUVEMENT DES PERSONNELS, déjà très contraint et limité par la multiplication des postes à profil et des postes fléchés, va encore être réduit car des postes se verront « réservés » pour y placer les PES.

Au final, c’est moins de mobilité pour tous, moins de formation continue, et une formation initiale encore davantage dégradée.

Nous voyons poindre avec cette situation inédite de sous effectif, le RISQUE D’APPARITION DE PRECAIRES sur des postes d’enseignement dans le premier degré.

Les choix faits par le ministère et son administration départementale renforcent notre détermination pour exiger un collectif budgétaire pour l’Ecole Publique.

cf. Rapport Jolion : Nécessité de changer la formation des enseignants : chiche !

 

16 visiteurs en ce moment

*Top

SNUipp-FSU Aveyron :

- 8 rue de Vienne, les Corniches de Bourran 12000 RODEZ
- Tél : 05.65.78.13.41
- mèl : snu12@snuipp.fr

Permanences :
- Lundi, Mardi, Mercredi, Jeudi, Vendredi les ap.m.
- Mardi, Mercredi, Jeudi les matinées.

Sur Facebook : plan et photos SNUipp-FSU12


©Copyright 2006 - SNUipp-FSU Aveyron, tous droits réservés.