SNUipp-FSU Aveyron
http://12.snuipp.fr/spip.php?article494
En juin, le SNU toujours en Mouvement
mercredi, 4 juin 2008
/ SNUipp 12

Le journal en PDF joint à cet article est incomplet : il ne contient pas les éléments nominatifs.

En effet, si les informations du journal papier traditionnel ont un public restreint (les collègues aveyronnais) ; sur Internet à l’ère des moteurs de recherche, c’est le monde entier qui peut collecter, nom, prénom, affectation, barème…

Toutes ces informations ont un caractère particulier sinon privé.

Le SNUipp militant pour le principe de précaution en matière de fichage électronique (Base Elèves, etc.), il est logique que nous l’appliquions à nos publications.

Les informations sur le mouvement restent accessibles en appelant le SNUipp12 ou en accédant au site protégé par l’intermédiaire du code personnel qui se trouve sur votre carte d’adhérent. Si vous n’êtes pas adhérent, vous pouvez nous appeler pour qu’on vous le communique ou bien le demander par ICI.

EDITO

Côté éduc., avec les 24+2, les stages pendant les vacances, les vieux nouveaux programmes, cela aurait largement pu suffire à nous mobiliser, N.Sarkozy a choisi d’en rajouter (cf. déclaration du SNU12 en CAPD p.2) en s’attaquant directement à la professionnalité des enseignants. La porte est désormais ouverte à toutes les aventures quand on comprend qu’il suffira d’une formation en fac (certes un Master !) pour prendre en charge une classe…

Côté Fonction Publique, le projet de loi sur la mobilité ouvre grandes les portes à la gestion façon entreprise privée du service public. Nous croiserons bientôt des collègues embauchés par une boîte d’intérim, certains parmi nous se dépêcheront de boucler leur « aide personnalisée » pour partir assurer leur tour de garde à la Préfecture, aux impôts (s’il reste des perceptions), à la mairie, etc. pour parvenir à boucler une fin de mois toujours plus difficile depuis que le mérite est devenu la seule possibilité de voir revaloriser leur salaire (cf. p.5 : Attention Danger !).

Sur le front des libertés, l’attaque contre le droit de grève des enseignants des écoles est avérée, plus près de nous, l’IA franchit le pas et menace d’un retrait d’1/30ème ceux qui refuseraient la formation ou la saisie sur Base Elèves (cf.p.6) : c’est la liberté de conscience qui est niée au fonctionnaire !

Inutile de continuer la liste, le SNUipp et la FSU, face à l’avalanche, ne lâchent rien. Prêts à dialoguer mais déjà mobilisés, dans les instances paritaires et dans la rue, comme durant tout le mois de mai, le 15 en grève, le 18 mai à Paris, le 24 rassemblés, le 22 sur les retraites, le 27 en info syndicale et encore le 10 juin dans la grève Fonction Publique et le 17 juin dans les rassemblements locaux pour donner un autre avenir à la retraite par répartition.

La rentrée prochaine, pour tous les fonctionnaires, pour tous les enseignants, pour tous leurs élèves, ne sera pas une rentrée comme les autres. Pensons-y.

Et tirons-en les conséquences : la profession aura besoin comme jamais d’être défendue, elle a un outil à sa disposition qui n’a de poids que par ses adhérents, leur nombre et leur diversité.

Cet outil, c’est le syndicat, c’est le SNUipp.

Le 4 juin 2008, Valérie Tavernier, Jean-Luc Tornero, Noëlle Villeneuve

PDF - 407.7 ko
FsC12 n61 sup2 - 04062008
Bulletin
©Copyright 2006 - SNUipp-FSU Aveyron, tous droits réservés.